Donald Tusk reconduit à la présidence du Conseil européen

  L’ancien premier ministre polonais a été réélu Président du Conseil européen lors du sommet des 9 et 10 mars à Bruxelles. En poste depuis 2014, Donald Tusk se chargera à nouveau des orientations et priorités politiques de l’Union européenne jusqu’à fin 2019.

P033852003002-460173

« Je ferai de mon mieux pour rendre l’Union européenne meilleure » – Donald Tusk

   C’est sans grande surprise que le renouvellement du mandat de Donald Tusk a été approuvé par tous les chefs d’Etats et de gouvernement de l’Union européenne, sauf Beata Szydło, actuelle Présidente du Conseil des ministres en Pologne. L’annonce a d’abord été faite via le réseau social Twitter dans un message du Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel : « Habemus EUCO [acronyme du Conseil européen en anglais] presidentum« , écrit-il en référence à la formule utilisée lors de l’élection des papes au Vatican. Déjà avant l’élection, la France et l’Allemagne avaient publiquement fait savoir qu’elles soutiendraient l’ex-Premier ministre libéral polonais : Angela Merkel voyait en sa réélection « un signe de stabilité pour l’ensemble de l’Union européenne« , François Hollande avait quant à lui avoué ne pas comprendre « comment un pays [pouvait] s’opposer à la solution Tusk, dès lors que tous les autres y sont favorables », en référence aux réticences de la Pologne.

   27 soutiens contre un seul refus – force est de constater que M. Tusk s’est imposé comme le meilleur candidat de cette élection. A l’issue du vote, celui-ci a salué le choix des dirigeants européens et s’est dit « reconnaissant pour la confiance et l’évaluation positive » de son travail. Il a également fait part de son intention de « rendre l’Union européenne meilleure » pour la suite de son mandat.

Opposition farouche de la Pologne

   Cette élection n’était pourtant pas gagnée d’avance. En effet, si la majeure partie des dirigeants européens s’était prononcée en faveur de la réélection de Donald Tusk à la tête du Conseil européen avant même la tenue du sommet, la Pologne quant à elle avait plusieurs fois fait part de son désaccord, allant jusqu’à proposer un autre candidat polonais, le député européen Jacek Saryusz-Wolski, également membre du parti centre-droit Plateforme Civique tout comme son rival. Le gouvernement ultraconversateur Droit et Justice (PiS) accuse en effet Donald Tusk d’avoir « violé le principe de neutralité face à un Etat membre de l’Union européenne » en s’exprimant sur les affaires de la Pologne.

szydlo

Beata Szydło lors du sommet européen de Malte en février 2017

   C’est d’ailleurs sur ce sujet, très polémique aux yeux du gouvernement polonais, que le candidat alternatif Jacek Saryusz-Wolski a misé pour inciter à son élection : « Aucun gouvernement ne soutiendrait un candidat qui abuse de sa position internationale pour encourager un mouvement d’opposition au verdict démocratique.« , a-t-il affirmé sur Twitter. La rumeur court que le député européen se serait sensiblement rapproché de PiS ces derniers temps, ce qui expliquerait ses positions très tranchées sur le rôle de Donald Tusk en Europe.

   Mais la querelle politique entre Donald Tusk et Droit et Justice existe à vrai dire depuis longtemps. Elle a même pris une dimension personnelle il y a quelques années lorsque Jarosław Kaczyński, actuel président du parti ultraconservateur, a accusé Donald Tusk d’être « moralement responsable » de la mort de son frère jumeau Lech Kaczyński dans un crash d’avion en 2010.  Le gouvernement Tusk, alors au pouvoir lors du drame, avait conclu à un accident, tandis que PiS avait suspecté un complot russe. Depuis, la tension entre les deux camps n’a cessé grandir.

   En représailles des avis favorables accordés à M. Tusk, la Première ministre Beata Szydło a refusé les conclusions du sommet. Le ministre des Affaires étrangères polonais a lui aussi vivement réagi à cette réélection en déclarant que « l’Union [était] sous le diktat de Berlin« . Un défi majeur attend donc désormais Donald Tusk, tout juste réélu : celui de s’assurer du maintien des bonnes relations entre la Pologne et l’Union européenne.

Virginie CARDOSO

Une réflexion sur “Donald Tusk reconduit à la présidence du Conseil européen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s