Sylvie Goulard, une Européenne à la défense

  La nomination de Sylvie Goulard, eurodéputée centriste de longue date, au ministère des Armées en a surpris plus d’un. Le choix d’attribuer ce porte-feuille à cette Européenne n’est pourtant pas anodin : il reflète en effet la volonté du président Emmanuel Macron de construire, durant son mandat, une Europe de la défense forte et efficace.

sylvie-goulard

Sylvie Goulard. Crédits photo : La Tribune

L’Europe au coeur de son parcours

  A 52 ans, Sylvie Goulard, encore inconnue de la vie politique française il y a quelques semaines, hérite du lourd porte-feuille de la défense. Sa nomination au ministère des Armées – anciennement ministère de la Défense – a créé la surprise compte tenu des domaines de prédilection généralement attribués à Mme Goulard, à savoir les affaires économiques et européennes.

  Cette juriste et énarque de formation a en effet effectué une partie de sa carrière au niveau européen : d’abord conseillère de Romano Prodi de 2001 à 2004, députée ADLE (Alliance des démocrates et libéraux pour l’Europe) au Parlement européen depuis 2009, elle a su imposer sa vision de l’UE et faire entendre sa voix lors de sessions plénières dédiées aux questions économiques.

  Le choix du président de la République de placer Sylvie Goulard au ministère des Armées n’est donc en réalité pas un hasard : Emmanuel Macron ayant pour objectif de remettre le sujet de l’Europe de la défense sur la table – notamment avec le soutien de l’Allemagne – il paraissait évident de compter sur la plus pro-européenne de ses ministres pour endosser cette tâche. Diverses déclarations de Mme Goulard ont d’ailleurs bien démontré sa volonté de rassurer les Français sur les enjeux européens : « Au-delà du débat sur les structures, l’idée est de redonner confiance, d’apporter de la sérénité dans le débat sur l’Europe« , avait-elle expliqué.

Vers une relance concrète de l’Europe de la défense ?

  Sylvie Goulard est la deuxième femme à prendre la tête de ce ministère régalien – la première ayant été Michèle Alliot-Marie entre 2002 et 2007, sous le quinquennat de Jacques Chirac.

flight-formation-388911_960_720

  Le projet de l’Europe de la défense n’est pourtant pas nouveau ; l’idée avait été fait l’objet d’un traité dès 1952, sous le nom de Communauté européenne de défense (CED), puis avait finalement été abandonnée deux ans plus tard, entre autres par la France. Depuis lors, les pays européens n’ont cessé d’exprimer des avis divergents sur la question.

  Avec Donald Trump à la tête des Etats-Unis et un contexte géopolitique mondial de plus en plus tendu, l’Europe doit désormais affirmer sa position sur la scène internationale. Cette ambition doit se traduire entre autres par le développement d’une base de défense européenne solide. L’Europe de la défense, qualifiée d' »indispensable » par Emmanuel Macron, serait-elle donc en marche ?

  Enfin, l’une des autres tâches majeures à laquelle Sylvie Goulard devra s’atteler est la contribution de la France au budget de l’OTAN. A plusieurs reprises, le président de la République avait déclaré vouloir réellement respecter la norme des 2% du PIB du pays consacrés à la défense de l’OTAN. La France et l’Europe auront alors l’opportunité de renforcer leur influence dans le monde. Autant de projets et de défis que la ministre devra étudier et mettre en place au cours des cinq prochaines années.

Virginie CARDOSO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s