Et si la génération Maastricht pouvait sauver l’Europe ?

  Quel rôle la génération Maastricht joue-t-elle en Europe ? Et comment contribue-t-elle à la construction européenne ? Voix d’Europe revient aujourd’hui sur la place de la jeunesse au sein de la construction européenne en tenant compte des enjeux de société actuels.

vatican-405784_960_720

  Depuis la ratification du Traité de l’Elysée en 1963, qui scellait entre autres la coopération franco-allemande en matière de jeunesse et d’éducation, la jeunesse n’a cessée d’être au centre des attentions des femmes et des hommes politiques en Europe. Si les accords concernant la jeunesse engageaient auparavant principalement la France et l’Allemagne, force est de constater que la formation des jeunes Européens est progressivement devenue une réelle préoccupation de tous les dirigeants des Etats membres de la communauté européenne. Cette volonté commune a été si forte qu’elle a finalement débouché sur la création en 1987 du programme Erasmus, aujourd’hui reconnu comme la véritable success-story de l’Union européenne.

  Le sujet de la jeunesse est un enjeu majeur compte tenu du contexte actuel : les jeunes Européens semblent désormais en manque d’orientation et cherchent leur place dans une société qui les destine à de grandes difficultés (précarité, chômage etc). en effet, la dernière enquête Eurobaromètre consacrée à la jeunesse européenne montre que les 16-30 ans, qui ont été particulièrement touchés par la crise de 2008, se sentent exclus de la vie économique et sociale. En outre, concernant le rapport de la jeunesse européenne à la démocratie et à la politique, il faut noter que 90% des répondants au sondage estiment important d’apprendre aux Européens ce qu’est l’Union européenne et comment les institutions fonctionnent. Ce dernier point indique bien que, malgré les épreuves endurées, les jeunes croient encore au projet européen. Dans le contexte du Brexit, ce constat est encore plus flagrant : les 18-24 ans ont voté massivement en faveur du « Remain » du moment du référendum, revendiquant ainsi leur sentiment d’appartenance à l’Union européenne. En conséquence, il est nécessaire de rappeler que la jeunesse actuelle porte l’espoir d’une nouvelle Europe, d’une citoyenneté européenne plus affirmée. En effet, la génération Maastricht, qui a toujours vécu avec les acquis de l’Union européenne, semble de plus en plus s’imposer en tant que défenseur des politiques européennes.

  Aborder les questions de l’éducation, de l’emploi et de la démocratie semble primordial dans la mesure où ce sont bel et bien elles qui forment la jeunesse et l’inscrivent dans une citoyenneté européenne. Il ne faut donc pas délaisser la jeunesse mais l’intégrer davantage à la société européenne et lui offrir des perspectives d’avenir assez satisfisantes pour qu’elle maintienne sa volonté de perpétuer le projet européen.

Virginie CARDOSO

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s