Les universités britanniques s’apprêtent à ouvrir des campus post-Brexit en Europe

  On les oublierait presque tant on se concentre sur les conséquences sur les entreprises ou centres financiers du pays, mais les universités britanniques les plus prestigieuses souffrent elles aussi de l’approche du Brexit. C’est le cas de King’s College qui, pour contrer les effets de la sortie du Royaume-Uni de l’UE, a décidé d’ouvrir son premier campus international à Dresde, en Allemagne.

oxford-534815_960_720

  On ne leur laisse plus vraiment le choix : désormais, les plus prestigieuses universités du Royaume-Uni songent de plus en plus à ouvrir des campus internationaux dans des pays de l’Union européenne afin de garantir la scolarité des ressortissants de l’UE après le Brexit. Le but de ce projet est de continuer à attirer des étudiants et chercheurs internationaux et de préserver le droit aux financements européens, dont bénéficient les universités britanniques jusqu’au déclenchement officiel du Brexit en 2019.

  King’s College, classée parmi les vingt meilleurs établissements du monde, a récemment annoncé préparer l’ouverture d’un campus dans la ville de Dresde, à l’Est de l’Allemagne. Ce partenariat s’effectuerait avec l’aide de la Technische Universität Dresden (TU Dresden), une université également renommée outre-rhin. Ainsi, King’s College deviendrait la première université britannique à avoir son propre campus post-Brexit en Europe. Le projet est d’ailleurs plutôt bien accueilli par le monde universitaire, comme le déclare le professeur Stefan Bornstein, qui enseigne à King’s College : « C’est une bonne solution pour contourner cette idée extrêmement stupide du Brexit. Nous ne pouvons pas laisser des choses qui se sont développées pendant tant d’années de manière positive être freinées ou compromises par des décisions politiques que personne n’a réellement voulues. ».

  Certaines universités britanniques avaient certes déjà installé des campus à l’étranger, mais très loin de l’Europe : c’est le cas des universités de Nottingham et de Liverpool qui possèdent respectivement des locaux à Shanghai et Jiangsu, en Chine. D’après une enquête, 69% des étudiants originaires de pays ne faisant pas partie de l’UE auraient l’intention de partir étudier dans un potentiel campus d’université britannique en Europe. Une stratégie qui pourrait bien être payante pour le Royaume-Uni, malgré les aléas du Brexit.

Virginie CARDOSO

Une réflexion sur “Les universités britanniques s’apprêtent à ouvrir des campus post-Brexit en Europe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s