Obscure lecture de Thomas Hardy

  Souvent accusée d’être profondément pessimiste et scandaleuse, l’oeuvre littéraire de Thomas Hardy a longtemps souffert des préjugés dont elle a fait l’objet, la rendant par conséquent relativement méconnue du grand public. Jude l’Obscur, l’un des romans les plus connus de l’écrivain britannique, a d’ailleurs reçu un si mauvais accueil que le récit a été rebaptisé Jude l’Obscène par ses plus fervents détracteurs. Pourtant il s’agit bien là d’un chef d’oeuvre fascinant qu’il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie.

hardy

Crédits photo : http://www.baumanrarebooks.com

  On ne peut le nier, certains romans nous bouleversent jusqu’au plus profond de notre être et ravivent en nous des émotions que l’on pensait longtemps cachées. Les oeuvres de l’écrivain britannique Thomas Hardy ont précisément cette vocation. Mais l’auteur n’a pas fait que chambouler ses lecteurs, ses récits ont également eu un impact considérable sur la société de son époque. Lorsque Thomas Hardy découvre en 1859 L’Origine des Espèces de Charles Darwin, il perd toute foi religieuse et devient particulièrement critique envers les traditionnels sacrements chrétiens. Cette désillusion et ce pessimisme de l’écrivain seront au coeur de toutes ses publications, à tel point que le monde littéraire ne retiendra pratiquement que cela de son oeuvre. Proposé à 25 reprises en 26 années pour le prestigieux Prix Nobel de littérature, Thomas Hardy se verra finalement refusé systématiquement la récompense en raison du pessimisme de ses écrits.

  L’une de ses oeuvres l’a même poussé à arrêter l’écriture de romans tant le scandale lié à cette histoire a pris une ampleur immense. Publié en 1895, en pleine période victorienne au Royaume-Uni, Jude l’Obscur retrace le parcours du jeune Jude, de classe sociale très modeste et rêvant d’aller étudier, comme son instituteur Richard Phillotson, à Christminster – ville fictive inspirée d’Oxford – où une carrière d’universitaire l’attend probablement. Mû par cette irrésistible ambition de sortir de sa condition sociale  qui le destine à devenir ouvrier, Jude entreprend très jeune de se créer sa propre culture afin de figurer parmi les plus grands intellectuels du pays. Il impressionne autant qu’il fait l’objet de moqueries dans les villages anglais qu’il habite. Se sentant profondément incompris, Jude continue malgré tout d’aller au bout de son ambition tout en exerçant le métier de tailleur de pierres.

  Toutefois, des obstacles finissent par se mettre en travers de son chemin et le détournent lentement mais sûrement de son objectif premier d’accéder à la plus prestigieuse instruction à Christminster. Ces obstacles prennent la forme de la religion et plus précisément du mariage : Jude se marie une première fois avec Arabella Donn, une jeune paysanne peu intéressée par la culture qui s’avèrera être un amour passager. Consciente de la situation malheureuse dans laquelle elle se trouve, Arabella quitte Jude et part pour l’Australie. Finalement éloigné de cette distraction que représentaient le mariage et la vie de couple, Jude décide de partir s’établir à Christminster dans l’espoir d’y réaliser son rêve. Sur place, il est une fois encore détourné de son but par sa rencontre passionnée avec Sue, sa cousine. D’abord mariée à l’instituteur Richard Phillotson, ancien enseignant de Jude, Sue, dans la frénésie de la passion amoureuse, part soudainement vivre avec son cousin, qui de son côté n’a toujours pas réussi à pénétrer l’enceinte de la grande université qui le fascine depuis son enfance.

  Alors même qu’il se pensait riche de son bonheur avec Sue, Jude sera victime d’une succession de tragédies liées à ses liaisons amoureuses. Sa vie conjuguale ayant pris le dessus sur ses ambitions, Jude n’a d’autre choix que de suivre le destin qui lui était tracé. Fermement condamné pour avoir vivement critiqué la religion chrétienne et l’institution du mariage, Thomas Hardy n’écrira plus jamais de romans et se consacrera entièrement à la poésie, genre littéraire avec lequel il avait commencé sa carrière. Si l’oeuvre Jude l’Obscur avait suscité l’indignation à l’époque, elle apparaît aujourd’hui comme une sorte d’avertissement aux plus fougueux d’entre nous : la passion et le mariage peuvent en effet être éphémères et avoir des conséquences malheureuses sur la vie de ceux qui se sont pris à leur jeu.

  Le travail littéraire de Thomas Hardy a beau être souvent pessimiste, il reste néanmoins ancré dans la réalité et possède aujourd’hui encore une résonnance très actuelle. Âmes optimistes s’abstenir, la lecture de Jude l’Obscur vous bouleversera de plusieurs manières, mais elle ne manquera pas de vous marquer par sa justesse et sa modernité.

Virginie CARDOSO

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s