Fémin’histoire #4 : Simone Veil

Les combats d’une femme

veil

Crédits photo : http://www.1jour1actu.com

  Il y a deux mois, Simone Veil, figure historique de la lutte pour les droits des femmes et la réconciliation européenne, disparaissait. Elle laisse derrière elle un héritage immense : celui du combat perpétuel pour la dignité et la solidarité des femmes et des hommes, en France et en Europe. Désormais promise au Panthéon avec son mari Antoine Veil, elle entre une nouvelle fois dans l’Histoire de notre pays.

simone-veil-presentait-sa-loi-pour-livg-il-y-a-40-ans-default

Crédits photo : http://www.expresse.excite.fr

La paix

  Simone Veil naît en 1927 à Nice au sein d’une famille juive non-pratiquante. Si les premières années de son enfance s’écoulent paisiblement, la guerre finit rapidement par s’immiscer dans sa vie lorsque commence l’Occupation allemande en France en 1940. Quatre ans plus tard, Simone Veil, qui portait le nom de Jacob à l’époque, est arrêtée par la Gestapo après un contrôle en plein centre-ville de Nice. Déportée avec sa famille, elle transite d’abord par le camp de Drancy puis est envoyée de force à Auschwitz-Birkenau avec sa mère et l’une de ses soeurs. Elle ne reverra jamais son père ni son frère, déportés en Lituanie.

  Survivante des camps de la mort, elle rentre en France où, bien que profondément traumatisée par les crimes perpétrés par les nazis, elle raconte sa déportation et son enfermement à Auschwitz. A jamais marquée par cette terrible épreuve, Simone Veil fera de la paix son premier combat de femme politiquement engagée. C’est ce même engagement qui la poussera à entamer des études de droit et à passer, avec succès, le prestigieux concours de la magistrature. La justice aura dès lors une place centrale au sein de sa carrière.

L’Europe

  Convaincue que la communauté européenne est la seule solution pour éviter la guerre, Simone Veil étend son engagement au niveau européen, où elle exerce une certaine influence politique. En 1979, lors des premières des élections du Parlement européen au suffrage universel direct, elle est tête de liste pour l’Union pour la Démocratie française (UDF) puis est désignée candidate du groupe libéral à la présidence du Parlement européen. Son ascension à la tête de l’institution la fait alors entrer dans l’Histoire puisqu’elle devient la première femme à accéder à cette prestigieuse fonction.

  « Se fixant de grandes ambitions, l’Europe pourra faire entendre sa voix et défendre des valeurs fortes : la paix, la défense des droits de l’homme, davantage de solidarité entre les riches et les pauvres. L’Europe, c’est le grand dessein du XXIème siècle« . L’ambition de Simone Veil était alors claire : renforcer l’aspect supranational de l’Europe et mettre en place des actions concrètes pour faire vivre les valeurs qu’elle défend. Prenant sa fonction de Présidente du Parlement européen très à coeur, elle contribue notamment à faire connaître l’institution, souvent méconnue ou mal comprise, auprès des citoyens. Selon elle, les institutions européennes devaient jouer un rôle majeur dans la promotion de la démocratie et de la transparence sur le territoire. Ses démarches pour faire évoluer Bruxelles en vu de futures nouvelles adhésions de pays européens à l’UE ont été particulièrement appréciés par les autres dirigeants des institutions ; un projet illustré par ces propos témoignant de son réel engagemen pro-européen : « Pour ses fondateurs, l’Europe était avant tout un projet politique. Il faut revenir au concept qui l’avait inspirée en rénovant les institutions européennes dans le sens de la démocratie et de l’efficacité. Leur organisation et leur rôle doivent être revus dans la perspective du futur élargissement à vingt pays, voire davantage, en se limitant aux questions pour lesquelles la dimension européenne s’avère nécessaire ou utile« .

Les droits des femmes

  Mais le plus célèbre combat mené par Simone Veil reste sans nul doute celui en faveur des droits des femmes, et plus précisément en faveur de l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), qu’elle a porté à l’Assemblée nationale en 1974. A l’époque Ministre de la Santé sous Valéry Giscard d’Estaing, elle prononce au sein de l’institution l’un des discours les plus emblématiques de la Vème République : « Aucune femme ne recourt de gaieté de coeur à l’avortement : cela est un drame et cela restera toujours un drame« , explique-t-elle lors de son allocution.

9291466lpw-9299395-article-jpg_4396691_660x281

Crédits photo : Le Point

  Sujet particulièrement sensible à l’époque, le droit à l’avortement occupe largement le débat à l’Assemblée nationale, provoquant les plus sévères réactions des parlementaires pro-vie. Intimidations, menaces, analogies avec les crimes d’Auschwitz, Simone Veil croule alors sous le poids d’accusations plus lourdes et choquantes les unes que les autres : « Des députés sont montés à la tribune du Parlement avec des foetus, en expliquant qu’on allait mettre des foetus dans des chambres à gaz comme à Auschwitz. C’est ce qu’elle a dû encaisser.« , raconte l’une de ses biographes. Sa persévérance et son courage seront finalement récompensés lorsque la loi dépénalisant l’IVG entre en vigueur l’année suivante, en 1975.

  Les décennies suivantes sont marquées par le droit, l’histoire et la culture : en 1998, elle devient membre du Conseil constitutionnel, où elle siègera jusqu’en 2007. Peu de temps après sa prise de fonction dans l’institution, elle accède à la présidence de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Enfin, en 2010, elle entre à la prestigieuse Académie française. Sur son épée d’Académicienne sont gravés son numéro de déportée à Auschwitz-Birkenau, la devise de la France ainsi que celle de l’Union européenne – les différents combats de sa vie.

  Voici un témoignage de Simone Veil datant du 13 mai 2005, lors de la Semaine de la Commémoration de la Shoah à l’ENS Ulm.

Virginie CARDOSO

4 réflexions sur “Fémin’histoire #4 : Simone Veil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s