Carnet de voyage : Chambord

Il se découvre au bout d’une longue allée, au fond de la forêt. Il se dessine petit à petit dans la lumière du matin, ses tours et ses lanternes, ses pierres en Tuffeau et ses décors d’ardoise. Chambord est là, devant vos yeux. Il ne vous reste plus qu’à découvrir ses mystères et son histoire formidable. 

Le voeu de François Ier

Chambord accueille un château fortifié dès le Haut Moyen-Âge, mais c’est à partir de 1516 que son histoire commence. A cette époque, François Ier est monté sur le trône de France depuis une année complète, et décide de faire construire un palais à la hauteur de sa gloire. Le jeune roi vient en effet de remporter une grande victoire à Marignan, en 1515. Il s’entoure des meilleurs architectes et du plus grand inventeur de l’époque, Léonard de Vinci, qui s’était installé à Amboise. François Ier et Léonard de Vinci sont devenus amis au point que le roi lui offre en cadeau le château du Clos-Lucé.

Les travaux débutent par la destruction des bâtiments existants et de l’assèchement des marais qui entourent le domaine. Effectivement, Chambord a été réalisé sur des marécages, comme Versailles le sera aussi quelques siècles plus tard. L’architecture du château, qui fait pourtant rêver de nos jours, n’est pourtant pas compliqué : il ne s’agit que d’un donjon, en forme de croix grecque. Mais l’objectif est tout autre. François Ier est à la tête d’un royaume puissant, mais il n’est pas le seul en Europe. Au nord, Henry VIII d’Angleterre menace la paix. Au sud et à l’est, Charles Quint domine l’Empire des Habsbourg. La construction de Chambord est l’occasion de montrer au monde ses capacités et surtout sa force.

François Ier ne restera pourtant pas plus d’une trentaine de jours à Chambord, malgré son amour pour ce château, qui porte encore sa trace.

Réalisé en Tuffeau, la pierre locale, semblable à de la craie, l’édifice tient en effet du miracle. De la craie dans de l’eau? Comment le château peut-il tenir encore presque 6 siècles après sa création? Ses fondations qui descendent 5 mètres sous terre sont probablement l’explication.

21616219_10211953377604791_4813751801923243720_n.jpg

L’escalier central, pièce maîtresse de Chambord

Toute la beauté du château repose sur l’escalier central, qui trône au milieu du hall et dessert tous les étages. Si on attribue sa construction à Léonard de Vinci, on ne sait finalement pas complètement s’il en est l’auteur.

L’escalier à double révolution est sans doute le véritable roi de Chambord. La prouesse technique est inouïe : le but est de voir et d’être vu, mais de créer la confusion aussi. Lorsqu’on monte ses marches, on voit ceux qui montent en face aussi, mais on ne se croise jamais. En fait d’escalier, on trouve deux escaliers, enroulés l’un dans l’autre.

Comme son nom l’indique, il comporte deux volées d’escaliers suivant un schéma de double hélice, à la manière des deux troncs enlacés qui représentent l’arbre de vie au Moyen Âge. Deux personnes qui empruntent chacun une volée de marches peuvent s’apercevoir par les ouvertures, mais ne peuvent se rencontrer. À chaque étage, l’escalier se déploie en quatre vestibules formant une croix. À son sommet, il donne accès à la grande terrasse – elle aussi inspirée par Léonard – qui fait le tour du donjon et offre une vue sur les cheminées monumentales. Cet escalier est surmonté d’une tour-lanterne bien reconnaissable de l’extérieur, évoquant le clocher d’une chapelle.

Escalier_Chambord.jpg

 

Le Comte de Chambord

Une autre personnalité liée au château est le Duc de Bordeaux, puis Comte de Chambord. Fils du Duc de Berry, petit-fils du roi Charles X, le Comte de Chambord est né 7 mois après la mort de son père, héritier du royaume de France. Il est le denier représentant de la branche des Bourbons et était le dernier prétendant de cette glorieuse famille de 1844 à sa mort, en 1883.

Pourtant, le Comte de Chambord ne règnera jamais. En 1830, les journées de juillet pousse Charles X à l’exil et placent Louis-Philippe d’Orléans sur le trône de France. Cette nouvelle monarchie, différente de la précédente, résistera pendant 18 ans, jusqu’à l’avènement en 1848 de la II République.

Le Comte de Chambord était le dernier descendant légitime en ligne masculine de Louis XV et de Marie Leszczyńska. Sa mort sans enfant en 1883 marque l’extinction de la branche Artois de la maison capétienne de Bourbon et le début d’une querelle (toujours d’actualité) entre les maisons de Bourbon d’Espagne et d’Orléans pour savoir laquelle a le plus de légitimité à la Couronne de France.

 

17951721_10210630582455739_7410642873268763932_n.jpg

 

Même après toute une journée à vagabonder dans les couloirs du château, vous n’arriverez jamais à percer tous ces secrets et tous ses mystères. On revient toujours à Chambord pour voir ce qu’on n’a pas vu la première fois. Et en quittant ce domaine, lorsque les lourdes portes de bois se sont refermées, on a l’impression d’avoir marché dans les pas de l’Histoire…

 

Chloé LOURENÇO

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s