Tintin, premier reporter européen

Avec plus de 230 millions d’exemplaires de ses aventures vendus aux quatre coins du monde, et traduits dans plus de 80 langues, Tintin n’a pas pris une ride. Il débute sa carrière le 10 janvier 1929, lorsqu’il s’embarque avec son inséparable Milou pour le pays des Soviets. Eternellement jeune, l’infatigable reporter belge continue de conquérir le monde avec une vitalité toujours renouvelée. Retour sur le parcours incroyable d’un héros de BD particulier. Et profondément attachant. 

21743394_10211940280917382_6426443798072727614_n

Naissance d’un héros pas comme les autres

 On raconte souvent qu’Hergé -de son vrai nom Georges Rémi- avait peur d’oublier les traits de son héros en vieillissant. Il lui a donc dessiné une frimousse ronde, un nez droit et une houpette sans fioritures afin de s’en rappeler plus facilement. Mythe ou réalité?

Tintin est un personnage intelligent, imaginatif et fait usage de déduction et de ruse dans ses aventures. Il semble aussi avoir une certaine facilité avec les langues étrangères. En outre, Tintin est à l’aise dans n’importe quel déguisement, que ce soit un uniforme de général (Le Lotus bleu) ou une allure de vieillard (L’Île noire), et sait s’y montrer très convaincant. Il sait aussi bien conduire automobiles, motocyclettes, locomotives et char d’assaut que monter à cheval, tenir la barre ou piloter un hélicoptère ou un avion. Bien qu’il soit d’apparence chétive, il combat, la plupart du temps à mains nues, des bandits bien plus costauds et grands que lui et en sort systématiquement gagnant.

Le plus souvent, c’est un mélange d’astuce et de courage qui lui permet de se tirer de situations difficiles. Il est un très bon nageur et tireur, pratique la gymnastique comme on le voit dans Le temple du Soleil et plus tard le yoga. Il se remet aisément de situations assez difficiles, eu égard aux nombreuses commotions cérébrales qu’il subit le plus souvent du fait de coup de matraques, et survit même à une balle tirée d’une distance relativement courte dans L’Île Noire ainsi que d’une balle à la tête, qui ne fait que glisser sur la boîte crânienne, dans Objectif Lune.

Le personnage n’a pourtant rien du héros bodybuildé, puissant et beau que l’on nous vend dans les blockbusters américains. Il semble être un éternel jeune homme d’à peine 20 ans, peu intéressé par les femmes -ou les relations amoureuses en général- mais toujours prêt à partir à l’aventure pour dénouer un mystère ou aider un ami. Il partira d’ailleurs au Tibet simplement parce qu’il a vu dans un cauchemar l’appel à l’aide de Tchang, un jeune chinois rencontré dans Le Lotus bleu.

« Tintin ne lutte pas pour le bonheur de tous les hommes, mais chaque fois que les hasards de ses aventures l’ont mis en présence d’un homme victime de la misère, de l’injustice, de la violence, c’est pour cet homme-là que Tintin a pris parti. »
Hergé

Il faut dire que les personnages féminins ne sont pas nombreux dans l’univers d’Hergé. Il y a bien sûr la Castafiore, dont les traits ont été empruntés à la belle-mère d’Hergé – ce qui est loin d’être un compliment. Toutes les autres femmes sont toutes mariées, vieilles ou laides -et elles cumulent parfois ces trois qualités!

Un univers qui regorge de surprises

Tintin habite au 26 rue du Labrador, rue bruxelloise qui existe bel et bien, non loin du marché aux puces du jeu de Balle. Cependant, le jeune reporter ne passe pas beaucoup de temps dans son petit appartement : à peine sort-il de chez lui pour une promenade qu’il est confronté à un évènement imprévu qui le pousse à voyager.

Il faut souligner que pour des générations entières de tintinophiles, les aventures de Tintin ont été l’occasion d’une véritable initiation à la géographie. A l’époque, il n’existait ni télévision ni magazine de reportages et les pérégrinations de Tintin ont ouvert sur ses lecteurs des fenêtres magiques sur le monde et sur des endroits encore très mal connus. Qui peut se vanter à seulement 20 ans d’avoir déjà été en Amérique, au Congo, en Chine, en Inde, dans le Sahara, en Amazonie et même… sur la Lune?

 

Ouverture sur la culture

Bien que certains albums de Tintin, notamment Tintin au Congo font polémique de nos jours, il n’en reste pas moins que grâce à ses voyages partout dans le monde, Tintin a permis de découvrir de nombreuses cultures, bien éloignées de la Belgique natale de son créateur. Parfois le petit reporter se heurte à des coutumes qu’il ne comprend pas comme dans le Crabe aux pinces d’Or ou Le Pays de l’or noir, mais il essaye souvent de comprendre la culture des gens qu’il rencontre, et se montre tolérant et moins fermés d’esprit que son époque. Il prend même la défense de Chinois dans le Lotus bleu.

Autre pan majeur de la culture transmise par Hergé : les célébrissimes gros mots du Capitaine Haddock. Ne vous y trompez pas, ils ne sont pour la plupart que des mots savants de notre belle langue française, tirés de figures de style alambiquées ou de patois belge. Rien de méchant, mais ils ont une place à part entière dans l’univers de Tintin et donnent à ses aventures une tournure drôle, comique et distrayante.

Wikipédia en fait un lexique disponible ici.

Etes-vous un véritable Tintinophile capable de dire quand est apparu le Capitaine Haddock, comment différencier les deux Dupondts et où est réellement situé le château de Moulinsart? Ce quizz est fait pour vous, mille sabords!

 

Chloé LOURENÇO

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s