Un village français : mémoire, souvenirs & réflexion

1940. Les Allemands traversent la frontière et occupent une bonne partie de la France. Villeuneuve, sous-préfecture du Jura proche de la ligne de démarcation durant la Seconde Guerre mondiale va être frappée de plein fouet. La vie de tous les habitants, docteur, institutrice, élèves, policiers sera à jamais bouleversée. Sans mélodrame ni emphase, sans glorification ni dégradation, Un Village français, série de Frédéric Krivine et Emmanuel Daucé raconte en détails les années sombre de cette époque qui a profondément marqué la France, et les Français, d’hier et d’aujourd’hui. 

La télévision au service de la mémoire

En juin 1940, Villeneuve, petite sous-préfecture fictive du Jura, est bouleversée par l’arrivée de l’armée allemande. L’occupation de la France vient de commencer. Elle va durer quatre ans : quatre ans pendant lesquels le spectateur est invité à vivre avec Daniel, Marcel, Marie, Raymond, Jeannine, Lucienne, et bien d’autres encore, dans un monde où la peur, la faim, le danger sont quotidiens. Quatre ans durant lesquels il partage le destin de ces personnages ordinaires, découvre leurs failles, leurs secrets et leur capacité à vivre en eaux troubles.

En France, il existe beaucoup de films ou de documentaires sur cette période troublée de notre histoire, mais elle n’est jamais complètement fidèle à la réalité. Après le conflit, on a cherché à effacer certaines choses, certains aspects. On a voulu gommer, cacher ce dont on était pas vraiment fier, au nom d’une cohésion nationale qu’il fallait reconstruire, en même temps qu’un pays et qu’une identité.

Les auteurs d’Un Village français ont en quelques sortes rétablit la vérité de l’Occupation en 7 saisons et un peu moins d’une centaine d’épisodes. Il faut continuer à se souvenir pour que de tels évènements ne refassent plus jamais surface, mais il ne faut se souvenir uniquement de ce qui nous intéresse. L’Histoire est toujours complexe, et elle a donné naissance à une kyrielle d’histoires et de situations différentes, interprétées par les acteurs de la série.

Un monde qui n’était pas manichéen

La véritable force d’Un Village français a été pendant 8 ans, de ne pas créer un monde manichéen, mais au contraire de montrer le monde tel qu’il était réellement à cette époque triste et sombre de l’Histoire de France. Il n’y avait pas que des gentils Français résistants aux méchants Allemands envahisseurs et barbares. Il y avait aussi des fonctionnaires, comme Daniel ou Servier qui ont fait d’abord ce que l’Etat français leur demandait de faire, et qui parfois, ont fait des choix qui leur semblaient judicieux ou simplement « moins pire ». Il y avait aussi beaucoup de Français, comme Raymond, qui ont attendu la fin de la guerre en essayant d’être toujours au bon endroit, sans avoir à se mouiller ni à prendre tout à fait partie.

La série met en avant les résistants de la première heure tels que Marie Germain, ou les Communistes, qui croient fort en leur idéal, à l’image de Marcel, prêt à tout sacrifier pour que ses idées triomphent. De ces Résistants de toujours, bien peu ont réussi à traverser les cinq années de guerre. Un Village français montre également ce que beaucoup de Français ont voulu oublier pendant de nombreuses années : la collaboration a existé, elle-aussi, dans nos rangs. Même si les personnages « collabo » sont détestables et que leur comportement est condamnable, la série montre leurs faiblesses à eu aussi.

Pour Frédéric Krivine et Emmanuel Daucé, il s’agissait avant tout, avant l’Histoire, de traiter de l’humain. Tous les personnages sont des êtres humains, c’est d’ailleurs pour cela qu’il est très facile de s’identifier à eux. On aime et on hait Marchetti, le policier au visage d’ange, qui se comporte comme un démon. On est charmé et terrorisé par Heinrich Müller, le chef de la Gestapo.

Un appel à la réflexion

L’ultime saison, diffusée sur France 3 mi-novembre, traitait de l’après-guerre, de la reconstruction de la France et des Français. Il était important pour les auteurs de la série de montrer que cette période, que l’on pense souvent apaisée car libérée du joug allemand, était plus facile à vivre que l’Occupation. Il n’en est rien, au contraire. La violence, sous une autre forme, les libérateurs, pas toujours exemplaires ni héroïques, les résistants, prêts à en découdre avec les « collabos », tout a été pensé et retranscrit.

Toutefois, la série ne s’arrête pas en 1945. Des flash-forward ont été intégrés au scénario de la saison 7, et explique ainsi ce que sont devenus les héros ou les salauds d’hier. C’est d’ailleurs à ce moment-là qu’on voit comment l’Histoire a jugé le comportement de ceux qui ont fait la guerre. Comment croire que Daniel, alors maire de Villeneuve, ne savait pas qu’il allait envoyer des juifs à la mort? La trahison d’Hortense méritait-elle pour autant qu’on lui rase la tête? Comment pardonner à Lucienne ce qu’on n’a pas toléré à Hortense, alors que toutes les deux ont aimé un Allemand?

Au-delà de la réflexion sur le jugement porté par ceux nés après la guerre, Un Village français implique de se poser des questions sur soi. Après chaque saison, chaque téléspectateur venait se demander : « Et moi, qu’est-ce que j’aurai fait à leur place?« 

 

Un Village français fait partie de ses séries que l’on prend plaisir à regarder parce qu’elles nous apprennent quelque chose sur notre Histoire, mais aussi sur nous-mêmes. La clé de son succès réside certainement dans le fait qu’elle ne présente pas les faits tels que l’on aurait aimé qu’ils aient lieu, mais tels qu’ils ont eu lieux, tout simplement. C’est avec tristesse que l’on referme cette page d’histoire, petite ou grande. Mais on la referme heureux de savoir comment tous les personnages ont évolué.

Chloé LOURENÇO

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s