Lettre ouverte à Yves Duteil

Cher Monsieur Duteil,

La première fois que votre voix a croisé le chemin de mes oreilles, je devais avoir entre 8 et 9 ans. C’était en été, et la radio diffusait, entre deux reportages, quelques chansons. Je jouais, sans y prêter véritablement attention, lorsque soudain, j’ai entendu Avoir & être. Cela a été pour moi comme une sorte de révélation. Je me souviens parfaitement m’être arrêtée de jouer pour écouter l’histoire de ces frères qu’on « pouvait croire jumeaux« . J’étais subjuguée par les jeux de mots grammaticaux que l’on pouvait faire, moi qui suis très sensible à la littérature.

En 3 minutes vous aviez gagné pour toujours une grande fan de votre poésie. Sitôt la chanson terminée, le livre de grammaire refermé, j’ai demandé si la chanson allait être diffusée de nouveau tout de suite, dans quelques minutes, dans une heure au plus. Déception. Ma mère ne savait pas –et pour cause! Dans les jours qui ont suivi, j’allumais la radio le plus souvent possible, en espérant avoir la chance d’écouter les « arguties alambiquées » de ces deux frères qui n’arrivaient pas à s’accorder. Mais rien.

Et un jour, j’ai été entendue.

En rentrant à la maison, un cadeau m’attendait. Yves Duteil chante les enfants. Mon premier vrai CD. J’étais heureuse, et fière. J’ai tellement fait tourner ce CD que la pochette tombe aujourd’hui en lambeaux, et je le conserve amoureusement, comme on conserverait une relique de saint. Plus je l’écoutais, plus j’étais convaincue que vous étiez un génie –et je le crois encore. Après Avoir et Être, il y eut d’autres rencontres formidables, comme La Puce et le Pianisteque je chante toujours tant je la trouve drôleClémentine et Léon, Bébé soleil, John, Pour les enfants du monde entier, Prendre un enfant par la main, Mélancolie, Ce jour-là… En réfléchissant, il n’y a pas une chanson que je n’aime pas. Elle porte toutes dans leurs paroles une tranche de vie, un moment de l’existence par lequel nous passons tous un jour où l’autre.

Vous m’avez accompagnée, vous et votre guitare –vous démange-t-elle toujours?– dans toutes les étapes de ma vie. En vacances, où Tu m’envoles semble avoir été écrite pour mon coin de paradis à moi.  Dans la joie au Parc Monceau, ou au Cirque. Dans la peine aussi. Il y a 3 ans, j’ai perdu mon grand-père. Même dans ces circonstances vous étiez là : nous avons choisi Ton absence pour illustrer la perte, le chagrin, la déchirure que représentait pour notre famille la disparition d’un être cher. « J’étais grande et pourtant, on aurait dit une enfant/ Une petite fille qui pleurait son grand-père« . Et depuis ce jour, lorsque j’écoute cette chanson ou Grand-père Yitchak, des larmes me viennent instantanément. Vous avez ce don de trouver les mots justes qui touchent chacun d’entre nous droit au coeur.

 

 

J’ai eu l’occasion de vous voir en chair et en os deux fois. La première, c’était en 2009, à Montargis, dans le Loiret, où j’habitais avec mes parents. J’avais 16 ans, et j’étais sans aucun doute la plus jeune de l’assistance. J’ai découvert d’autres chansons, comme La Rumeur ou La Démagogie et je n’ai pas pu m’empêcher de me dire « C’est vrai! ».

La deuxième, c’était le 20 janvier dernier à l’Alhambra de Paris, et c’est sans doute ce dernier concert qui me pousse à écrire cette lettre aujourd’hui. Vous veniez présenter votre nouvel album, Respect, album que j’écoute sans cesse en travaillant. J’aime les paroles qui poussent à réfléchir, à s’émouvoir, à sourire. J’aime la mélodie, rythmée et douce, élégante et universelle. J’aime enfin vous découvrir un peu plus, Quarante ans plus tard toujours aussi amoureux de votre Noëlle. Vous êtes pour moi un grand artiste, et je le crois chaque fois un peu plus en écoutant vos chansons.

 

Voilà, Monsieur Duteil, bien peu de mots peuvent véritablement traduire tout ce que je pense de votre oeuvre. Continuez à chanter et à nous enchanter. Vos paroles font du bien à de nombreux Français.

Chloé LOURENÇO

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s