Brexit : quelles répercussions pour les maisons d’édition britanniques ?

  Avec une part d’exportations s’élevant à 17% d’exportations, le Royaume-Uni est le premier exportateur de livres au monde, juste devant les Etats-Unis. Pourtant, l’édition britannique, comme tant d’autres secteurs, s’apprête elle aussi de subir de plein fouet le Brexit, qui se prépare pour l’année prochaine. Les futures évolutions d’ordre commercial entre l’UE et le Royaume-Uni risquent en effet de ralentir les exportations.

lecture

Brexit ou pas Brexit, telle est la question…

  Et si Bloomsbury, la célèbre maison d’édition de la saga littéraire fantastique Harry Potter, voyait son chiffre d’affaires baisser considérablement en raison du Brexit ? C’est le possible scénario que dénoncent de nombreux éditeurs britanniques, inquiets des répercussions de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sur la vente des livres en Europe. Avec une contribution moyenne de 3,2 milliards de livres sterling de valeur ajoutée à l’économie du pays, l’industrie du livre représente un secteur très prospère, notamment grâce à l’exportation. On estime en effet que la moitié de son chiffre d’affaires est rendue possible grâce à l’export des ouvrages dans toute l’Europe.

  Les maisons d’éditions britanniques voient par conséquent d’un mauvais oeil les restrictions ou barrières aux frontières qui seraient potentiellement mises en place après le Brexit. Stephen Lotinga, directeur général de la Publishers Association, a récemment pris la parole pour mettre en garde les négociateurs du Brexit et rappeler le poids économique de l’édition : « Avec une productivité qui représente plus du double de la moyenne nationale, l’édition a embrassé la révolution numérique, et se positionne comme un exemple de l’innovation britannique, à son meilleur niveau ». Outre les livres appartenant au domaine de la fiction, l’édition universitaire serait elle aussi concernée par le retrait du Royaume-Uni de l’UE dans la mesure où l’exportation de ces textes a connu une augmentation de 5% ces deux dernières années.

Virginie CARDOSO

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s