Malte, l’archipel anti-avortement

  Sur cet archipel du centre de la Méditerranée, l’avortement est illégal, quelle que soit la situation de la femme ou de l’enfant. Seul pays de l’Union européenne à ne faire aucune exception lorsqu’il s’agit d’IVG – à la différence de la Pologne, de l’Irlande, de Chypre d’Andorre qui autorisent malgré tout la pratique dans des cas particuliers – Malte condamne par ailleurs jusqu’à 3 ans de prison toute femme ou tout médecin enfreignant la loi.

doctor-563428_960_720

  Lorsqu’il s’agit du droit de disposer de leur propre corps, les Maltaises sont clairement plus désavantagées que leurs consoeurs de l’Union européenne. Dans ce pays aux quelques 450 000 habitants, l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est totalement illégal, passible d’une peine de prison de 18 mois à 3 ans, ce qui pousse souvent les femmes qui le souhaitent à partir avorter à l’étranger. La parole des Maltaises se libère en outre difficilement : elles sont très peu nombreuses aujourd’hui à parler de l’avortement auquel elles ont dû avoir recours au Royaume-Uni ou en Sicile ; le sujet reste majoritairement tabou.

  Et tout est fait pour que les médecins maltais soient également dissuadés de pratiquer une IVG sur une femme, à tel point que les avortements clandestins sont quasiment inexistants alors même que l’on pourrait penser que leur nombre exploserait dans une pareille situation. Interdiction définitive d’exercer, peine de prison, réputation mise à l’épreuve ; les praticiens sont eux aussi menacés par cette loi totalement restrictive.

  A défaut d’autoriser le recours à l’IVG, de nombreuses structures d’accueil ont été spécialement mises en place pour accompagner les femmes enceintes, notamment mineures, durant leur grossesse. Ces centres apportent un soutien aux futures mères afin qu’elles puissent aborder la maternité avec plus de sérénité. Mais les Maltaises dans l’incapacité physique ou financière de faire ce choix se sentent quant à elles toujours marginalisées. C’est probablement dans un autre pays de l’UE qu’elles trouveront l’aide dont elles ont, elles, besoin.

Virginie CARDOSO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s