Gustav Klimt, un peintre en or

  Les dorures de ses peintures sont incontestablement sa marque de fabrique. Cette année marque le centenaire de la mort de l’artiste autrichien Gustav Klimt. Mêlant symbolisme et Art nouveau, le peintre a rapidement su se faire une place dans la culture populaire. Retour sur le parcours de l’homme qui a peint l’un des plus célèbres Baisers du monde…

Résultat de recherche d'images pour "gustav klimt"

Le Baiser

Quand la peinture est d’or

  Gustav Klimt naît en 1862 à Vienne au sein d’une famille d’artistes : sa mère est chanteuse lyrique et son père est orfèvre-ciseleur. Son appétence pour les arts se révèle très tôt ; il pratique le dessin tout d’abord, puis devient décorateur pour des peintres et de grands musées viennois, tels que le musée d’histoire de l’art. En 1883, alors qu’il n’a que 21 ans, Gustav Klimt s’associe à son frère Ernst, orfèvre ciseleur comme leur père, et fonde un atelier de création. Et ces années de travail seront particulièrement productives : l’artiste sera en charge de la décoration de lieux de prestige comme la Villa Hermès ou encore le théâtre de Fiume, aujourd’hui situé en Croatie. Son talent est honorablement récompensé en 1888 – année lors de laquelle il reçoit la Croix d’or du mérite artistique de la part de l’empereur François-Joseph. Mais son bonheur ne sera que de courte durée : quatre ans plus tard, son père et son frère décèdent tous les deux, ce qui pousse Klimt à continuer sa route de créateur seul.

  Il suffira d’une rencontre pour mener doucement Gustav Klimt sur le chemin de la gloire : dans les années 1890, il entame une relation avec Emilie Flöge, créatrice de mode autrichienne habituée du milieu artistique. Son compagnon se lie aux grands écrivains viennois de l’époque, comme Arthur Schnitzler et Hermann Bahr. En 1895, il fait la découverte d’oeuvres de grands maîtres, dont celles de sculpteur français Auguste Rodin.

Résultat de recherche d'images pour "gustav klimt"

Emilie Louise Flöge par Gustav Klimt
Crédits photo : Fine Art America

  Le destin de l’artiste commence à se dessiner plus précisément : en 1897, accompagné par plusieurs de ses amis peintres, architectes et poètes, il fonde le groupe des Sécessionistes. Très vite, ils décident ensemble de faire construire un bâtiment destiné à faire vivre leurs ambitions artistiques : c’est ainsi que naît le Palais de la Sécession viennoise – du nom du mouvement artistique qu’ils représentent et dont l’Art nouveau est la principale caractéristique. C’est dans ce lieu unique qu’on peut encore observer aujourd’hui les fresques les plus célèbres de Gustav Klimt.

Résultat de recherche d'images pour "palais de la secession"

Crédits photo : http://www.easyvoyages.com

  Dès l’année suivante, les œuvres du peintre deviennent de vraies références dans la culture viennoise. Suite au lancement de la Sécession, Klimt devient le chef de file de la Scéession viennoise. De plus en plus prolifique, il s’essaie au symbolisme : c’est à cette époque en effet qu’il crée ses œuvres Pallas Athéna ainsi que La Médecine, La Philosophie et La Jurisprudence commandées par l’université de Vienne. Mais ses toiles font immédiatement scandale en raison de l’érotisme apparent et de l’attitude parfois jugée provocante des figures féminines qui y sont représentées. Cet érotisme se retrouvera dans plusieurs des peintures de l’artiste et continuera de susciter de nombreuses critiques.

Résultat de recherche d'images pour "gustav klimt pallas athena"

  Gustav Klimt ne se décourage toutefois pas et se lance dans la création de l’oeuvre la plus impressionnante de sa carrière : la frise Beethoven, déployée à l’occasion de la quatorzième exposition de la Sécession. Vaste fresque murale composée de sept panneaux, la frise représente en réalité la Neuvième Symphonie de Ludwig van Beethoven. Gustav Mahler et Auguste Rodin feront part de leur admiration pour le travail exécuté par le peintre viennois. Nous sommes alors au début du XXème siècle et le succès ne fait que commencer pour Klimt.

Résultat de recherche d'images pour "gustav klimt frise beethoven"

  Les œuvres qui suivront seront faites d’or… Littéralement. A partir de 1902, Gustav Klimt créera ses peintures les plus célèbres, aujourd’hui bien présentes dans la culture populaire. Cette période constitue l’âge d’or artistique du peintre. De nombreux panneaux lui sont commandés pour de prestigieux palais, et Klimt y voit plus que jamais l’occasion d’affirmer son style. Formes géométriques généralement ondulées, dorures, superposition de couleurs ; les tableaux de Gustav Klimt sont impregnées d’une richesse artistique encore jamais vue à l’époque. En 1908, il achève sa toile la plus connue et la plus poétique : Le Baiser.

Résultat de recherche d'images pour "gustav klimt"

Portrait d’Adele Bloch-Bauer

Judith et Holopherne

Résultat de recherche d'images pour "gustav  danaé"

Danaé

  Les femmes, les allégories et les mythes sont de loin les thèmes les plus fréquemment traités dans les oeuvres de Klimt. Judith décapitant Holopherne, Danaé recevant la poussière d’or, la vie, la mort… Tous ces sujets et toutes ces figures seront une continuelle source d’inspiration pour le Viennois. Il ne faut néanmoins pas oublier que Gustav Klimt a excellé dans l’art du portrait et du paysage, comme on peut le voir dans les tableaux plus bas : ses oeuvres aux thèmes plus ordinaires n’en étaient pourtant pas dénuées de poésie.

Judith II

L’Espoir

Portrait de Sonja Knips

Le Pommier I
Crédits photos : Wikipedia

  Les dernières années de l’artiste seront marquées par de nombreuses rencontres (avec Van Gogh, Schiele, Munch et Toulouse-Lautrec, entre autres) ainsi que sa rupture avec la Sécession. C’est justement vers la fin de sa vie qu’il se consacre plus spécifiquement aux portraits et aux paysages dans sa peinture. Certaines de ses représentations de la nature ont d’ailleurs des airs de pointillisme. Après avoir reçu plusieurs distinctions pour son travail, Gustav Klimt s’éteint subitement en 1918, à l’âge de 55 ans, vraisemblablement d’une congestion cérérable. Mais, cent ans après sa disparition, son art reste l’un des plus admirés et les plus flamboyants au monde. L’Atelier des lumières à Paris lui consacre actuellement une exposition où tableaux et musique classique s’entremêlent pour offrir un spectacle culturel unique. A découvrir jusqu’au 11 novembre 2018 !

Virginie CARDOSO