Eurovision 2018 : un succès portugais

  Le samedi 12 mai a eu lieu à l’Altice Arena de Lisbonne la finale de l’Eurovision 2018. Cette année, Israël et sa chanteuse Netta ont été les grands gagnants avec le morceau « TOY », qui était en quelque sorte un hymne au mouvement #MeToo.

Résultat de recherche d'images pour "eurovision 2018"

Crédits photo : L’Eurovision au Quotidien

Une finale de l’Eurovision pas comme les autres

  Le premier festival de l’Eurovision organisé par le Portugal a commencé avec une performance en hommage au Fado portugais par les chanteuses Mariza et Ana Moura. Rappelons que le Fado, en plus d’être la fierté de la chanson portugaise, est aussi reconnu mondialement, notamment après avoir été élu en 2011 patrimoine immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Cette performance nous a incontestablement rappelé les raisons de cette consécration.

  Le « girl power » était aussi de la soirée grâce aux quatre présentatrices du spectacle, déjà stars de la télé portugaise : Filomena Cautela (qui a reçu les éloges du web devenant ainsi la préférée des spectateurs), Silvia Alberto, Catarina Furtado et Daniela Ruah, lancée par la télé portugaise, mais reconnue mondialement par sa participation dans la série américaine NCIS Los Angeles.

  Comme tous les ans, l’Eurovision a offert à son public un spectacle plein de couleurs, d’émitions et… de bizarrerie. Car ce que nous, spectateurs, attendons de l’Eurovision, ce sont des performances spectaculaires et délirantes. Cette année a été assez calme de ce point de vue, mais cette édition a aussi eu ses moments mémorables, comme pendant la chanson gagnante de la soirée, « TOY », de Netta, et sa danse des poules qui a conquis l’Europe… et l’Australie, of course!

Résultat de recherche d'images pour "eurovision 2018"

Crédits photo : Light Zoom Lumière

  Il est également intéressant d’évoquer les Hongrois AWS et leur musique aux sonorités hard rock – un genre musical qui manquait à l’Eurovision depuis quelques années – ou encore l’Estonie avec Elina Nechayeva, qui a surpris par sa voix, mais dont la robe magique restera à jamais dans les esprits ; sans oublier Chypre avec Eleni Foureira et sa chanson « Fuego » qui a réchauffé l’ambiance dans l’Arena, et enfin le Danemark avec Rasmussen, qui nous a transportés dans une ambiance Game of Thrones.

Résultat de recherche d'images pour "eurovision 2018"

  L’Eurovision 2018 a donc eu ses moments forts, mais il y a aussi eu beaucoup de moments de douceur, en particulier avec l’Espagne et son duo Amaia et Alfred (en couple dans la vie réelle, ils se sont connus lors de l’émission espagnole de la Star Academy) ou encore avec l’Irlande, qui a profité de l’occasion pour promouvoir la cause LGBT.

 Ces moments n’ont cependant pas empêché le festival de faire face à de nombreux incidents et critiques avant, durant et après le show.

Incidents et critiques, une Eurovision toujours mouvementée

  L’édition 2018 du festival de l’Eurovision a été confrontée à quelques incidents.Le plus remarqué est sans nul doute l’intrusion d’un homme pendant la performance du Royaume-Uni lors de la finale. L’intrus a vite été pris en charge par les services de sécurité, mais il a tout de même réussi à arracher le micro de la chanteuse anglaise SuRie et à lancer un message, apparemment en russe. L’organisation a donné la possibilité au Royaume-Uni de chanter à nouveau, mais l’artiste a jugé que cela n’était pas nécessaire.

Résultat de recherche d'images pour "eurovision 2018"

Crédits photo : http://www.melty.fr

  Un autre incident a eu lieu après les demi-finales lorsque la Chine (l’Australie n’est pas la seule à regarder l’Eurovision, la Chine et les Etats-Unis s’y sont mis il y a quelques années aussi) a choisi de censurer les Irlandais et leur couple de danseurs homosexuels. Depuis toujours, l’Eurovision est un grand soutien des droits LGBT et n’a donc pas du tout apprécié le choix chinois. L’oganisation leur a donc révoqué les droits de retransmission de la finale, les Chinois ne sauront donc jamais que l’Eurovision 2018 a été gagné par Netta… dommage !

  Mai, comme tous les ans, certains résultats ont laissé de l’amertume. Pour cette édition, les plus désappointés par les résultats ont sans doute été les Français, car le duo Madame Monsieur était parmi les favoris pour remporter le festival cette année. Or, les artistes ne sont pas allés au-delà de la 13ème place (pénalisés surtout par le télévote qui les a fait basculer en 17ème place). Une pétition tourne désormais sur internet pour boycotter l’Eurovision à partir de l’an prochain et ne plus envoyer de chanteur pour la compétition. Il est vrai que la chanson française semblait beaucoup appréciée par le public présent à l’Arena, mais il est aussi vrai que la perception est souvent différente chez les téléspectateurs.

  Il faut rappeler que la France (mais aussi l’Italie) présenté une chanson appelant à la tolérance, il fallait donc peut-être de la part du duo français miser plus sur la façon de faire passer le message pour que celui-ci puisse toucher les spectateurs chez eux. Le duo italien, par exemple, a choisi de faire apparaître la traduction du texte à l’écran, au contraire des Français qui n’avait aucun accompagnement pour leur performance, que ce soit visuel ou artistique.

Résultat de recherche d'images pour "eurovision 2018"

Crédits photo : Programme TV

  Il ne nous reste plus qu’à attendre l’année prochaine pour voir si la France enverra un représentant en Israël pour l’édition 2019 ou si la pétition aura porté ses fruits.

Le Portugal réussit à organiser l’édition la moins chère depuis 2008

  Le Portugal s’est retrouvé à la tête de l’organisation de la 63ème édition du festival de l’Eurovision après sa victoire en Ukraine l’an passé, grâce à Salvador Sobral et sa magnifique chanson « Amar pelo os dois ».

  L’Eurovision est mis en oeuvre par l’European Broadcasting Union (EBU) en collaboration avec la chaîne de télévision du pays organisateur, cette année donc : la RTP.

Dès les premier jours, le président de la RTP, Gonçalo Reis, a promis de réaliser l’une des éditions les moins chères du festival en se donnant pour objectif de ne pas dépasser les 25 millions d’euros. Il a également expliqué que l’Eurovision a indiqué qu’il n’était pour autant pas possible non d’investir un montant inférieur à 20 millions d’euros pour l’organisation, en mettant en avant des exigences techniques et de sécurité.

  L’objectif a été largement atteint car, au dernier jour du festival, le coût de l’organisation était aux alentours de 19,7 millions d’euros – chiffre qui allait gonfler car il fallait démonter en 4 jours des équipements qui ont nécessité des semaines de construction. Les dépenses finales devraient donc tourner autour des 21 millions d’euros.

Résultat de recherche d'images pour "eurovision 2018"

Le président de la RTP a précisé que les recettes obtenues par la billetterie de l’Eurovision elle-même, du tourisme et des services vendus aux délégations et des sponsors permettraient de récupérer 80% des dépenses engagées.

  Pas mal pour une première organisation !

  L’Eurovision ne dure pas assez longtemps, on le dit tous les ans. Ce sentiment d’union que l’on ressent avec ce festival est unique : cette année encore, des fans de tous les coins d’Europe se sont réunis à Lisbonne pour faire la fête dans la joie et la bonne humeur. C’est précisément ce sentiment qui rend cet événement unique en son genre.

  A l’année prochaine, l’Eurovision !

Natacha DA ROCHA