Sauvons les bouquinistes !

  Les bouquinistes font partie du paysage culturel parisien. Situés en hauteur des quais de Seine, généralement dans le quartier Latin, ils font le bonheur des amateurs de littérature classique ou des affiches emblématiques de la Belle Epoque. Pourtant, le métier de bouquiniste est aujourd’hui plus que jamais menacé.

Résultat de recherche d'images pour "bouquinistes patrimoine immateriel unesco"

L’UNESCO à la rescousse des bouquinistes

  Vous les avez forcément croisés lors d’un séjour à Paris, non loin du Pont-Neuf ou de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Les bouquinistes ont installé leurs étales sur les bords de Seine il y a de cela cinq siècles. Aujourd’hui, ce sont plus de 200 bouquinistes qui proposent près de 300 000 livres anciens aux passants dans la capitale française. Le métier est désormais en déclin, il n’attire plus autant de curieux qu’auparavant et les ventes se font de moins en moins nombreuses. Les souvenirs parisiens occupent parfois autant de place que les calligraphies et ouvrages de littérature classique.

  C’est justement pour sauver les bouquinistes que le maire du 6ème arrondissement, Jean-Pierre Lecoq, et d’autres élus de la ville ont exprimé leur souhait de les voir inscrits au patrimoine immatériel de l’UNESCO. La mairie de Paris a sollicité le ministère de la Culture afin de lancer les démarches pour obtenir la prestigieuse reconnaissance. Si les fameuses « librairies à ciel ouvert » venaient à être inscrites au patrimoine immatériel de l’UNESCO, elles pourraient bénéficier d’une importante visibilité et attirer de nouveaux touristes venus du monde entier – chose qui bénéficierait également et plus largement à la capitale française, déjà première destination touristique mondiale.

Virginie CARDOSO