Slovénie : le nationaliste Janez Jansa remporte les élections législatives

  Quelques mois après les élections présidentielles, la Slovénie est retournée aux urnes pour renouveler son Assemblée. Sans surprise, c’est le Parti démocratique slovène (SDS), présidé par l’ancien chef du gouvernement Janez Jansa, qui a remporté les législatives avec près de 25% des suffrages.

Résultat de recherche d'images pour "slovenie elections législatives"

Crédits photo : http://www.la-croix.com

Un candidat sous l’influence de Viktor Orban ?

  Dimanche 3 juin, les Slovènes ont élu voté majoritairement en faveur du parti du conservateur Janez Jansa. Pressenti à la fonction de Premier ministre, Janez Jansa est bien connu dans son pays, où il a déjà été chef de gouvernement deux fois, de 2004 à 2008 et de 2012 à 2013. Son deuxième mandat a été interrompu par sa condamnation à deux ans de prison ferme pour avoir perçu des pots-de-vin censés financer son parti politique, le Parti démocratique slovène (SDS). En avril 2015, la Cour constitutionnelle de Slovénie annule finalement sa peine et l’homme d’Etat est relâché après 9 mois passés derrière les barreaux.

  De retour sur la scène politique, Janez Jansa a construit sa campagne sur le refus d’accueillir les réfugiés, expliquant vouloir éviter une « menace d’invasion » dans le pays. Un discours qui ressemble fortement à celui du chef du gouvernement hongrois, Viktor Orban, lui aussi connu pour son intransigeance envers la politique d’accueil des migrants voulue par l’Union européenne. Les deux hommes sont d’ailleurs très proches l’un de l’autre et Viktor Orban aurait même été d’un fort soutien pour le parti SDS. Le Premier ministre de la Hongrie a même affirmé que son homologue slovène était le « garant de la survie du peuple slovène« .

Résultat de recherche d'images pour "jansa orban"

Janez Jansa et Viktor Orban
Crédits photo : Pomurske Novice

Un gouvernement qui s’annonce difficile à former

  Si Janez Jansa a bien remporté les élections législatives, ce qui lui permet désormais d’accéder au poste de Premier ministre, la formation de son gouvernement s’annonce toutefois bien difficile, étant donné que le candidat nationaliste n’est pas parvenu à obtenir une nette majorité. La coalition la plus probable semble être celle avec l’indépendant Marjan Sarec, un ancien comédien arrivé deuxième lors des élections avec 12,6%. Déjà lors des élections présidentielles en novembre dernier, M. Sarec avait créé la surprise en réalisant un score élevé face au président sortant Borut Pahor. Néanmoins, Marjan Sarec a fait comprendre qu’il ne souhaitait pas s’allier avec celui qui « répand la peur des migrants« .

  Le nouveau Premier ministre de la Slovénie se montre pourtant confiant vis-à-vis de son futur gouvernement et se dit « prêt à engager des pourparlers avec tous les partis« . « Nous devrons probablement attendre quelque temps avant que de sérieuses négociations sur un nouveau gouvernement puissent commencer.« , a-t-il alors déclaré. Après l’Italie, la Slovénie risque elle aussi de mettre du temps avant de pouvoir gouverner sereinement.

Virginie CARDOSO