[PARLEMENT EUROPÉEN] Que s’est-il passé à Strasbourg ?

En cette fin d’année parlementaire, les eurodéputés se sont retrouvés deux fois en très peu temps au Parlement européen à Strasbourg. La première session a eu lieu la semaine du 28 mai et la dernière en date s’est déroulée la semaine passée. Pourquoi aussi peu d’écart ? C’est le calendrier qui veut ça ! Le mois de mai, avec ses nombreux jours fériés et ponts, a reculé la séance de mai, qui se retrouve du coup très rapprochée de celle de juin. Pas de panique, Voix d’Europe vous résume les deux !

 

Des votes très attendus

La séance plénière du 28 au 31 mai sonnait comme une rentrée pour les députés de l’UE. Cela faisait plusieurs semaines qu’ils ne s’étaient pas réunis. Tout d’abord, et comme habituellement, deux accords bilatéraux ont été votés avec la Suisse et la Norvège. Ces deux Etats européens ne font pas partie de l’Union européenne. Néanmoins, ces pays sont dans l’Espace économique européen. Différents votes sur la pêche, notamment en Mer du Nord, se sont succédés. On parle assez peu de la pêche dans les débats européens. Pourtant cette thématique représente un très grand enjeu économique au sein de l’Union.

En revanche, on parle très souvent de la PAC (politique agricole commune) et du débat sur son budget. La PAC constitue une très grosse part du budget total de l’UE et a permis à beaucoup d’États membres d’obtenir des subventions pour leurs agriculteurs. Aujourd’hui certains considèrent que cela coûte trop cher pour peu de rendements. Les eurodéputés ont donc débattu du futur de la PAC, de ses instruments, particulièrement pour les jeunes agriculteurs.

Nous sommes en 2018, mais le prochain cadre financier se décide maintenant. La période 2021-2027, qui fera suite au Plan Juncker ou encore à Horizon2020, se met en place et les débats ont déjà bien débuté. Question finances, un fonds de solidarité a été déclenché pour 4 pays dits « du Sud » : la Grèce, l’Espagne, le Portugal et…la France !

LE VOTE tant controversé et tant attendu sur les travailleurs détachés a obtenu la majorité et le texte est adopté. Pour rappel, la directive européenne des travailleurs détachés existe depuis 1996 et permet à un travailleur d’un État membre d’aller travailler dans un autre pays de l’UE avec les salaires et conditions de travail du pays d’accueil mais des cotisations sociales dans son pays d’origine. Pour pallier aux différences entre les pays, une renégociation a été entreprise en 2016 et qui donne donc lieu à cette adoption fin mai 2018.

D’autre part, a été discutée la situation critique au Nicaragua, qui fait face à des vagues de violence contre les politiques. Sans pour autant interférer diplomatiquement, il est bien de noter que l’Union européenne, à travers ses représentants démocratiques, abordent les sujets internationaux sensibles.

Et pour finir sur cette première session plénière, il est à noter le déplacement du Premier Ministre du Luxembourg, Xavier Bettel au Parlement européen. Il est important de noter aussi le peu de d’eurodéputés présents dans l’hémicycle lors de son intervention alors qu’un mois auparavant, pratiquement tous les députés européens avaient fait acte de présence pour le président français, Emmanuel Macron… Pourquoi un absentéisme aussi irrespectueux, non seulement envers les citoyens européens mais aussi envers un chef de gouvernement de l’Union européenne non controversé ?

 

index

 

Pas le temps de se manquer

La session plénière suivante, qui a eu lieu du 11 au 14 juin, était donc très rapprochée avec à peine deux semaines d’écart. Les députés européens n’ont pourtant pas chômé avec le vote de plusieurs textes.

Domaine assez rarement médiatisé, l’aviation civile a été au centre des discussions. les eurodéputés ont voté en faveur de l’établissement d’une réglementation commune concernant ce secteur en vue de créer une Agence européenne de la sécurité aérienne. En outre, l’Éducation n’a pas été mise de côté non plus. Une modernisation des systèmes éducatifs au sein de l’Union européenne a été votée et adoptée en séance. Ce domaine évolue rapidement et les échanges entre Européens ne cessent de croître. Il est donc nécessaire de faire des ajustements. Les accords avec l’Islande et la Suisse sur les frontières extérieures ont par ailleurs été également débattus, mis à jour et adoptés. L’accord avec le Chili a été exposé au vu d’entrée dans de nouvelles négociations. L’UE, ce n’est pas simplement les pays européens entre eux.

D’autre part, une résolution sur la politique de cohésion et l’économie circulaire a été aussi adoptée. Votée au sein de l’institution, elle confère beaucoup de pouvoirs aux pouvoirs locaux, notamment régionaux, selon le principe de subsidiarité. Qu’est-ce que c’est ? Le principe de subsidiarité consiste à donner la responsabilité politique au pouvoir le plus compétent/pertinent et si possible, le plus proche des citoyens. L’Union européenne ne contrôle donc pas tout et délègue même le plus souvent, aux États, aux régions et aux municipalités.

On a parlé des relations UE-OTAN. Il est souvent dit que l’UE est l’union des Européens sur le plan économique et que l’OTAN est l’union européenne de la défense. Avec les changements de ces dernières années, notamment la moindre participation des États-Unis, un besoin de recadrer les rôles de chacun semblait nécessaire.

Autre sujet brûlant : la cyberdéfense ! Une politique commune de cyberdéfense a été votée et sera prochainement mise en place. Dans notre monde global qui repose de manière croissante sur les technologies, les Européens sont de plus en plus menacés par les attaques informatiques et cela peut vite s’avérer dangereux.

Enfin, les députés européens ont pu évoquer les cas de personnes prisonnières en Russie, au Bahreïn ou encore le cas toujours catastrophique des Rohingyas. Garante des droits de l’Homme, l’Union est préoccupée et débat sur ces affaires, même si aucune décision n’en ressort…

N’oubliez pas !

Le Parlement européen, et plus globalement l’UE, n’est pas parfait mais des votes sont effectués à chaque session plénière pour la protection des Européens dans divers domaines. En cas de problème, n’hésitez pas à faire des recherches, une législation européenne peut grandement vous aider !

Wassila ZOUAG