L’UE veut réduire drastiquement les déchets plastiques

  Ils se retrouvent chaque année sur les plages européennes et polluent les océans en continu. L’Union européenne a décidé de faire la guerre aux déchats plastiques à usage unique, qu’elle souhaite interdire afin de préserver les espaces maritimes. L’interdiction concernerait plusieurs objets du quotidien, comme les pailles, les assiettes et couverts en plastique.

seashore-1783904_960_720

  On le sait, la pollution n’a pas de frontières, et c’est justement pour cette raison que l’Union européenne met un point d’honneur à protéger l’environnement en prenant des mesures visant à réduire les dommages écologiques. La lutte contre les déchets plastiques fait partie de la politique environnementale européenne. Depuis 2008, une directive-cadre impose à tous les Etats membres de l’UE de faire le maximum pour réduire les déchets marins et améliorer l’état écologique de leurs plages à l’horizon 2020.

  Récemment, Bruxelles a souhaité aller encore plus loin pour réaliser cet objectif : interdire certains objets à usage unique de notre quotidien, tels que les assiettes et couverts en plastique, les pailles, les coton-tiges ou encore les tiges de ballons gonflables. En outre, toujours d’après la proposition de directive de la Commission européenne, les Etats membres auraient pour devoir de ramasser 90% des bouteilles plastiques à usage unique d’ici 2025, idéalement via un système de consigne, déjà présents dans quelques pays de l’UE. L’institution voudrait également que les fabricants de certains produits, comme les gobelets, filtres à cigarettes et autres paquets de chips, s’engagent à participer financièrement à la gestion et au nettoyage des mers.

  En France, ce sont 1300 tonnes de déchets qui finissent chaque année sur le littoral. En plus de détériorer le paysage maritime, les déchets plastiques sont aussi responsables de la mort de nombreux animaux marins (tortues, oiseaux, poissons). Les déchets plastiques constituent 75% des déchets marins. On estime que la pollution liée aux déchets plastiques coûte 13 milliards d’euros par an au niveau mondial. Une urgence environnementale que l’Union européenne prend par conséquent très au sérieux.

Virginie CARDOSO