Session plénière du Parlement européen à Strasbourg #2

La semaine dernière, les eurodéputés se sont à nouveau réunis à Strasbourg pour la deuxième séance plénière de l’année 2018-2019. Au programme : audiovisuel, Roumanie, Conseil européen et émissions de CO2 !

 

Commençons par les personnalités qui se sont rendues devant les eurodéputés :

  • Milo Đukanović, président du Monténégro, a effectué sa première visite officielle au Parlement européen. Il est venu discuter des négociations d’adhésion à l’UE de son pays et l’ingérence de certaines puissances mondiales dans des élections nationales.
  • Autre « officiel » à être venu début octobre, le Premier ministre estonien, Jüri Ratas. L’Estonie fait figure de modèle pour l’Europe de l’Est, notamment grâce à sa transition numérique presque parfaite. M. Ratas, comme M. Tsipras en septembre, a exprimé ses idées et opinions quant à l’avenir de l’Europe.
  • Enfin, la Première ministre roumaine, Viorica Dancila, était également présente pour le débat sur l’État de droit en Roumanie. Comme ses voisins polonais et hongrois, les libertés commencent à progressivement diminuer au sein de ce pays. Subira-t-il le même sort avec le déclenchement de l’article 7 ?

FinancialBulletin

D’autre part, les discussions (sans vote) ont été nombreuses lors de cette séance plénière.

  • Concernant l’international, la Tchétchénie a été le premier point abordé. En cause : la situation des personnes LGBTI dans cette région au sud de la Russie. Le pays faisait la Une des médias l’année dernière à cause des disparitions mystérieuses d’homosexuels tchétchènes, envoyés dans des camps, selon les informations des journalistes sur place. Dans un autre schéma, les députés européens ont discuté de l’accord scientifique et technologique entre l’UE et le Maroc. Cela participe à la politique européenne de voisinage, avec un traité plus spécifique avec un pays voisin à l’Europe. Autre pays, le Yémen et sa situation catastrophique après plus de 4 ans de guerre civile. Peu médiatisés, peu internationalisés et peu aidés, les yéménites sont laissés pour compte, sans eau, sans nourriture et sous les bombes.
  • Dans les autres domaines, les eurodéputés ont débuté les préparations au prochain Conseil européen qui aura lieu les 18 et 19 octobre prochains à Bruxelles avec comme priorités les migrations, la sécurité aux frontières et bien sûr le Brexit.
  • Dans un registre plus économique, le taux de TVA et un éventuel revenu minimum européen harmonisé ont été mis en avant tout comme une possible libre circulation des données à caractère non personnel.
  • Ces discussions feront peut-être l’objet d’un règlement dans les mois à venir.

Finalement, le rôle des députés étant avant tout de légiférer, les membres du Parlement ont voté principalement 5 sujets :

  • Services médias audiovisuels : les députés se sont accordés sur la nécessité de protéger les enfants de certains contenus, désormais trop facilement accessibles. Ils ont également imposé aux plateformes d’intégrer au moins 30% de contenu européen dans ces offres.
  • Écologie : les députés ont voté pour des voitures propres du futur avec comme but de baisser de 45% les émissions de CO2 des voitures neuves d’ici 2030.
  • Eurojust : harmonisation de la coopération judiciaire
  • Lutte contre la fraude douanière et le crime organisé, notamment en Europe de l’Est
  • Les eurodéputés se sont accordés sur l’annulation d’un fonds pour la Turquie estimé à 70M car le processus d’adhésion n’avance pas (et ce, depuis plus de 25 ans).

Rendez-vous à la prochaine séance !

 

Wassila ZOUAG