Italie et UE: rien ne va plus

Depuis l’arrivée à la tête du gouvernement italien de la coalition 5 étoile et Lega Nord, la relation entre Italie et UE est froide. La situation économique italienne précaire ne fait qu’empirer le dialogue.

 

Un budget italien pas convaincant

Le spread italien, indicateur de référence de la défiance des investisseurs, dépasse les 300 points (plus haut niveau depuis 5 ans) et cette situation qui persiste depuis des années sans une véritable marge d’amélioration inquiète de plus en plus l’UE. Malgré cela, le gouvernement populiste italien a présenté à la Commission européenne, le 15 octobre dernier, un projet de budget qui prévoit 2,4% de déficit (trois fois plus élevé que celui attendu). Le lendemain de cette proposition, le spread italien a encore augmenté frôlant les 340 points.

La Commission n’a pas vu d’un bon œil le projet présenté par l’Italie et, trois jours après, a fait savoir, par le biais d’une lettre au gouvernement italien, toute son inquiétude. La Commission remet notamment en cause les règles du pacte de stabilité car elles n’ont, selon elle, pas été respectées lors de la conception du projet. Le lendemain de la réception de la lettre de la Commission, l’agence Moody’s a déclassé l’Italie de BAA2 à BAA3 ce qui laisse le pays à un cran près de la classification dans la catégorie spéculative.

La presse italienne n’a pas tardé à se faire entendre également en rappelant au gouvernement que le pays a déjà vécu une telle situation en 2011 et qu’elle est proche de se retrouver dans la même configuration.

le-nouveau-gouvernement-italien-et-le-premier-ministre-giuseppe-conte-avec-le-president-sergio-mattarella-le-1er-juin-2018-a-rome_6067058

 

La situation instable de la coalition

L’instabilité italienne vient sûrement d’une période politique compliquée qui ne semble pas se calmer après l’arrivée au pouvoir de la coalition populiste entre le Mouvement 5 étoiles et la Lega Nord. Les deux partis avec à la tête Luigi di Maio et Matteo Salvini, tous deux vice-premier ministres du gouvernement, sont à l’opposé politiquement parlant et le dialogue entre eux est souvent difficile.

Exemple concret de cette difficulté, la proposition de projet de budget. Celle-ci a en effet été l’objet d’une confrontation entre les deux partis car selon le vice-premier ministre Di Maio, le texte aurait été modifié à la dernière minute et ne serait pas celui qui avait obtenu l’accord des deux parties. La réaction de Matteo Salvini ne s’est pas faite attendre : il a récusé toute accusation et a souligné que le texte est bien celui approuvé par le conseil des ministres. En outre, il a ajouté que le gouvernement devait se montrer uni face aux attaques de l’UE.

L’instabilité italienne du point de vue politique et économique reste encore un point important aux yeux de l’UE qui n’hésite pas à pousser le gouvernement italien à prendre des mesures pour le bien être, non seulement du pays, mais de toute l’Union européenne.

Natacha Da Rocha