L’imaginaire touristique de la ville de Naples et le Sud de l’Italie

Aujourd’hui la ville de Naples et sa région, la Campanie, connaissent de plus en plus une augmentation des arrivées touristiques. Il y a donc quelque chose qui est en train de changer dans la conception et l’imaginaire que les touristes ont de ces lieux. Il faut savoir que pendant ces dernières années beaucoup d’études et de recherches statistiques ont démontré que l’image de Naples n’est pas parmi les plus positives au monde. En effet, elle est souvent associée à la mafia et aux poubelles. 
DSCF6544_edited.jpg(photo creadits: Marialuisa Serpico)

Il faut avant tout savoir que l’image touristique d’un lieu dépend de deux facteurs fondamentaux. Le premier est propre à l’individu, et il est constitué par sa culture et expériences personnelles et le deuxième dépend d’éléments externes à l’individu comme les mass media et la presse.

C’est pour cette raison que souvent l’imaginaire d’une destination se fonde sur des stéréotypes créés par ces sources externes, et non par les expériences propres à la personne. 

Le Sud de l’Italie reste la partie du pays la moins connue par les touristes. Ce qui ressort le plus est que les visiteurs étrangers préfèrent souvent se rendre dans les régions ou dans les villes les plus populaires de l’Italie, comme Rome, Venise ou Florence, surtout quand ils voyagent pour la première fois dans le pays. En effet, 55 % des personnes qui sont allées une seule fois en Italie ont choisi Rome comme destination de voyage. Entre autres, il est aussi plus facile d’accéder aux régions du nord, géographiquement plus proches des nations limitrophes.

Ce que les médias diffusent sur Naples et la Campanie…

Les médias ont un rôle très important dans la création de l’imaginaire touristique, puisqu’ils ont un grand pouvoir de communication et ils peuvent influencer l’image véhiculée des lieux. De plus, aujourd’hui avec la diffusion d’internet, les informations circulent très rapidement et elles sont à la portée de tous, en risquant d’être déformées ou faussées. 

Selon une recherche datant de 2015 sur la presse internationale, financée par l’agence Arlas et par l’assessorat régional du travail de la région Campanie, qui a duré cinq ans (de 2010 à 2014), la « Campanie est la troisième région italienne la plus citée dans les articles de presse, avec 67% d’articles positifs et 33% négatifs ». L’enquête a pris en considération environ 100 journaux de plusieurs pays du monde entier, et les résultats ont été positivement surprenants, puisque la Campanie a collecté 6574 citations, après le Latium et la Toscane. Les nations qui l’ont citée le plus ont été le Royaume Uni (20% des articles trouvés), l’Allemagne (18%), la France et les Etats Unis (13%), Espagne (10%), Russie (5%) et Chine (4%). Elle a été citée surtout en raison de l’intérêt que les étrangers portent à son immense patrimoine culturel et historique, en particulier par rapport aux lieux les plus touristiques comme Capri, Pompéi, le Vésuve et la Côte d’Amalfi, ainsi qu’à la gastronomie locale. Par exemple le journal espagnol  ABC cite « la délicieuse découverte des pâtes de Gragnano ». 

Mais il n’y a pas que du positif, en effet les critiques se concentrent aussi sur des thèmes délicats comme la criminalité, les problèmes environnementaux et la dégradation du patrimoine artistique. Par exemple le journal français le nouvel Observateur  écrit : « Destination touristique très recherchée pour son patrimoine culturel, Pompéi et la Côte d’Amalfi. Naples est célèbre aussi pour la mafia et une administration locale peu efficiente ». D’autres exemples sont portés par les journaux anglais comme  The Indipendent  qui parle de Naples comme « la poubelle de l’Italie », et The Guardian qui traite le sujet des écroulements dans les vestiges de Pompéi en 2013. 

Enfin, selon un récent classement réalisé par le journal anglais The Sun  en juillet 2017, Naples « était » parmi les villes les plus dangereuses au monde, à cause d’un taux élevé de criminalité et de trafic de drogue. Cet événement a suscité beaucoup de critiques de la part de la presse et des institutions italiennes, comme l’Ambassade italienne à Londres, puisque le journal n’a jamais donné de valides explications sur les sources de son classement. 

Capture d’écran 2018-11-20 à 00.23.56.png

Le site  Visitnaples.eu, guide officiel de la ville, a aussi publié une vidéo pour démentir de façon ironique la nouvelle.

 Elle a été partagée sur les réseaux sociaux par environ 45 mille personnes et visualisée par 2 millions d’internautes. Par conséquent, une semaine plus tard, le journal s’est excusé publiquement et a mis à jour son article en supprimant la ville de Naples du classement.

Un imaginaire stéréotypé de la ville de Naples 

Les résultats de l’enquête démontrent que le territoire de la province de Naples est riche de clichés dans l’imaginaire des touristes étrangers. Les stéréotypes deviennent souvent des images représentatives de l’espace sur la base de l’histoire ou des us et coutumes de la population locale, et ils dérivent de la pensée collective. 

Pour certains ils peuvent constituer un d’obstacle qui limite le choix de ce territoire comme destination de voyage, alors que pour d’autres ils sont créateurs d’un véritable charme qui les attire dans la région. La majorité des images clichés (76%) sorties des réponses du questionnaire renvoient à une représentation positive du territoire. En sont un exemple la pizza et la gastronomie locale, le soleil, la mer, le Vésuve et la chaleur humaine. Cette dernière, à laquelle les touristes ne s’attendent pas, est souvent beaucoup appréciée. Comme l’affirme une touriste française interviewée:« Un autre atout, c’est l’accueil et la chaleur des gens. Les touristes aiment quand ils sont bien accueillit et quand les gens s’occupent d’eux avec un sourire ». 

Capture d’écran 2018-11-20 à 00.38.44.png

Parmi les clichés négatifs associés à ce territoire, qui reflètent en partie sa réalité, ressortent la mafia, le chaos et la saleté des rues. Il s’agit de facteurs qui parfois peuvent décevoir les visiteurs, comme dans le cas d’une autre touriste qui s’est rendue en Campanie en août 2016. Dans un entretien elle affirme : « Parmi les aspects négatifs j’ai trouvé que les rues étaient un peu sales, surtout à Naples ». 

En parallèle d’autres visiteurs associent ces caractéristiques négatives à l’identité du territoire, qui ne dérange pas la visite, mais au contraire la rend plus authentiques. Sur cette idée se base l’affirmation d’une autre touriste interviewée: « C’est vrai que Naples c’est chaotique, mais en même temps c’est organisé dans son chaos. Il y a une logique dans le désordre ». DSCF6557.JPG(photo creadits: Marialuisa Serpico)

En ce qui concerne la mafia, il ne s’agit pas que d’un cliché, elle existe et elle s’appelle Camorra en Campanie. En effet, la criminalité organisée existe dans le monde entier; elle peut s’appeler différemment selon les régions et les pays, et elle s’intègre dans la société à plusieurs niveaux. 

De plus, aujourd’hui elle est devenue aussi un facteur d’attraction pour une niche de visiteurs qui pratique le tourisme noir. Il s’agit d’un type de pratiques de voyage liées à des événements macabres et dramatiques. Elles sont nées en Angleterre entre 1993 et 2000 avec l’appellation de dark tourism, et elles amènent à la visite de sites où se sont passé des crimes ou des tragédies, où il y a eu la mort de personnes. Ce phénomène est arrivé aussi en Italie, où, en Sicile et en Campanie, des agences de voyages organisent des parcours guidés pour découvrir des lieux emblématiques liés à la Mafia. Ils s’appellent donc, « Mafia tours ». De plus, ces visites concernent aussi le tourisme social puisqu’elles ont aussi l’objectif de montrer la vérité des crimes de la Mafia et de la dénoncer. 

 

Pour conclure il est possible d’affirmer, que ce territoire est de plus en plus apprécié par les touristes, en effet, 90 % des répondants en a une représentation positive, malgré les clichés négatifs. De plus, un élément très important est le changement d’avis suite au voyage. Par exemple, il ressort du questionnaire que parmi les personnes qui avaient une vision négative du territoire, 68 % d’entre elles ont modifié leur opinion après y être allées.
Enfin, il est aussi important de souligner que les aspects que les touristes aiment le plus de cette ville sont son patrimoine culturel et naturel et son atmosphère authentique. Naples est une ville où l’on peut respirer les odeurs de la vraie Italie, et goûter les plats les plus simples et bons de la cuisine méditerranéenne . 

Marialuisa SERPICO