Les Animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald

Les mondes des magiciens d’Harry Potter revient en force avec le deuxième tome des Animaux fantastiques cette fois en mettant au centre le personnage de Grindelwald, grand méchant lié à Dumbledore.

Retour à Poudlard

Les crimes de Grindelwald reprend les événements du premier chapitre de cette nouvelle saga en nous proposant de nouveau les personnages aimés comme Norbert Dragonneau, personnage principal interprété à la perfection par Eddie Redmayne (The Danish Girl, Les Misérables) Tina Goldstein (Katherine Waterston, Alien) sorcière sang-mêlé américaine connue par Dragonneau lors des événements du premier film  ou encore Croyance Bellebosse joué par Ezra Miller (Justice League, Le Monde de Charlie) personnage tourmenté de la saga qui essaiera tout au long du film de découvrir d’où il vient, mystère qui sera également au centre de l’intrigue.

Ce deuxième chapitre nous ramène à Poudlard par le biais d’un jeune Albus Dumbledore qui fait appel à Norbert Dragonneau pour l’aider à protéger Bellebosse. Il nous fait revivre par la même occasion les émotions du retour dans cette école qui a marqué la jeunesse de beaucoup de spectateurs qui se rendent dans les salles pour voir ces nouvelles histoires. A Poudlard on peut y apercevoir également un autre visage connu: celui de Minerva McGonagall directrice adjointe de Poudlard durant la période d’Harry Potter, bien plus jeune durant les faits des Crimes de Grindelwald.

Durant les séquences à Poudlard le spectateur est aussi projeté dans la vie de l’école et nous pouvons y apercevoir les étudiants des différentes maisons (Gryffondor, Serpentard, Serdaigle et Poufsouffle) dans un cours de défense contre les forces du mal tenu par Dumbledore. Le tout mélangé au mythique générique de la série ne fait que rendre ce deuxième film encore plus intéressant : l’ancien et le nouveau se mélangent enfin.

Un univers magique élargi

Dans les sept premiers tome de la saga Harry Potter, l’intégralité de l’histoire se déroulait en Angleterre, oscillant entre Poudlard et Londres, avec quelques détours par le bord de mer ou la campagne anglaise. Nous n’avions donc qu’un aperçu des mondes magiques.

Cette fois-ci, le décors est planté à l’extérieur du Royaume-Uni. Effectivement, le premier film se passait aux Etats-Unis, à New-York plus précisément, et celui-ci investit les rues de la capitale française. Le spectateur prend alors pleinement conscience de l’existence d’autres mondes de la magie, d’autres façons de faire. Ce qui avait été simplement évoqué dans la Coupe de feu, quatrième opus de la série Harry Potter (présence d’élèves des écoles de Durmstrang ou de Beauxbâtons) est tout à fait révélé dans Les Animaux fantastiques.

Avis de VDE

Ce qui est intéressant dans la saga des Animaux Fantastiques, c’est l’élargissement du monde des sorcier. Nous sortons enfin des limites anglaises et découvrons les sorciers américains, grâce au premier film. Avec Les Crimes de Grindelwald, nous nous projetons à Paris. Dans ce film, ce qui marque le plus est également la possibilité de voir la magie à son plus grand niveau, chose que nous ne pouvions voir que dans les derniers films de Harry Potter et encore…

Le personnage de Norbert Dragonneau comme personnage principal, en outre, est le parfait exemple que dans le monde des sorciers de Harry Potter même les personnages les plus « faibles » peuvent être de grands sorciers.

Les Animaux Fantastiques: les crimes de Grindelwald est pour nous donc une réussite qui arrive à nous faire ressentir un peu de mélancolie tout en profitant de ces nouvelles trames.

Natacha Da Rocha & Chloé Lourenço