Ultima Thulé : les secrets du système solaire bientôt révélés

2019 commençait fort pour la NASA ! A peine quelques heures après les douze coups de minuit, l’agence spatiale américaine réussissait le survol d’Ultima Thulé, l’objet le plus éloigné de la Terre. Il est ainsi l’objet le plus lointain exploré par l’Humanité, et devrait révélé les secrets de la naissance du système solaire. Retour sur cet exploit.

Source : Larousse

Voyage vers un fossile

En 2006, la NASA envoyait dans l’espace une sonde spatiale dans le cadre de la mission New Horizons. Le but initial de cette mission était d’étudier et d’explorer la planète naine Pluton, la plus éloignée de notre système solaire. La sonde a ensuite été redirigée vers un autre corps de la ceinture de Kuiper. En juillet 2015, la sonde passait au-dessus de Pluton, la photographiait et poursuivait sa route.

Mais pourquoi la NASA a-t-elle jeté son dévolu sur cet objet à quelques 6 milliards de kilomètres de nous ? La réponse est simple. Ultima Thulé est si vieux qu’il pourrait nous révéler la formation de notre précieux système solaire. L’astre a beaucoup à nous apprendre sur la formation par accrétion des planètes. « Nous assistons à une représentation physique du début de la formation planétaire, figée dans le temps », explique Jeff Moore qui dirige l’équipe de géologie et géophysique de la mission. « New Horizons est comme une machine à remonter le temps qui nous ramène à la naissance du Système solaire ». Il faut dire que rangé au frais pendant tant d’années, Ultima Thulé est presque neuve et n’a pratiquement pas changé. Une aubaine pour les scientifiques !

En forme de quille de bowling

Les premières images envoyées par la sonde de la mission New Horizons sont arrivées le 1er janvier environ vers 16h30. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que sa forme est surprenante. En cette période hivernale, certains se sont amusés à dire qu’elle ressemblait davantage à un bonhomme de neige. Pour d’autre, elle est une quille de bowling. Ce qui est certain, c’est qu’elle mesure environ 32 km de longueur et 16 km de largeur. Il semble qu’elle soit le résultat de la collision de deux astéroïdes, mais d’après les ingénieurs de la NASA, la collision n’aurait pas été violente et se serait produite à quelques kilomètres par heures.

Source : NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

Pour en savoir plus sur Ultima Thulé, il va néanmoins falloir attendre 20 mois, le temps que toutes les données raflées lors de son passage unique à 3.500 kilomètres du centre de l’astéroïde, ce premier janvier, soient transmises au goutte-à-goutte jusqu’à la Terre, à plus de six heures-lumière – et 6,6 milliards de kilomètres – de là. 

L’exploration spatiale se poursuit pour l’engin de la NASA. L’astre fraichement découvert est à ce jour le monde le plus lointain jamais exploré par une machine humaine. « New Horizons a réalisé la performance la plus poussée de tous les temps », s’est réjoui le chef de la mission Alan Stern, du Southwest Research Institute.

Mais comme les records sont faits pour être battus et que de toute façon la sonde poursuit sa route, ce ne sera probablement pas son ultime étape. Les chercheurs de la mission songent d’ailleurs à rechercher une autre cible vers laquelle mettre le cap. Surtout dans cette région lointaine et méconnue qu’est la ceinture de Kuiper, qui regorge d’autres « Thulé », véritables fossiles de la formation du Système solaire.

Chloé LOURENÇO