La rentrée a sonné au Parlement

Les députés européens se sont réunis pour la 1ère fois à Strasbourg en cette nouvelle année 2019. Au programme : Brexit, présidences et l’euro.

Pour cette première session plénière 2019, les eurodéputés auront vu leur programme bouleversé. Pourquoi donc ? Le Brexit, bien évidemment ! En pleine séance mardi soir, le rejet de l’accord par les Britanniques a été annoncé. Même s’il était prévu et anticipé, l’UE et le Royaume-Uni s’installe dans une période de doutes où les députés européens ne peuvent que formuler que des conjectures…

De plus, le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, était le dirigeant convié à venir parler de l’avenir de l’Europe. L’Espagne est un pays plutôt europhile et qui s’est énormément développé grâce à l’Europe. Son gouvernement actuel est l’un des plus europhiles en Europe.

Sur un tout autre aspect, plusieurs débats ont eu lieu durant cette semaine strasbourgeoise :

  • Réforme politique de l’UE sur l’asile et les migrations
  • Rapports annuels de la Banque centrale européenne et de l’Union bancaire
  • Fonds social européen (FSE+) qui, rappelons-le, est un des instruments européens visant  à promouvoir l’emploi et les inégalités régionales à travers l’UE
  • InvestEU : futur programme d’investissement de l’UE qui remplacera le « Plan Juncker »
  • Bilan de la présidence autrichienne avec la venue de Sebastian Kurz, chancelier fédéral. A noter que cet « oral » devant les députés européens, bien qu’il puisse susciter le dénigrement et la critique de certains, est plutôt symbolique. Les points positifs sont le plus souvent les plus soulignés. Hypocrite, l’Europe ?
  • Présentation des activités de la présidence roumaine pour le 1er semestre 2019

L’anniversaire de l’euro, qui a fêté ses 20 ans, a été célébré rapidement.

Les sujets qui ont donné lieu à un vote ont été les suivants :

  • Les équipements des contrôles douaniers, notamment aux frontières extérieures de l’UE
  • l’accord UE-Albanie
  • l’accord UE-Kirghizstan
  • le projet de véhicules autonomies dans les transports aériens

 

Une nouvelle séance plénière s’est achevée avec des thèmes beaucoup moins à enjeux que d’habitude. Mais cela montre que l’UE intervient dans tous les domaines, même les plus banals.

 

Wassila ZOUAG