L’Europe en Irlande

Les élections européennes auront lieu au mois de mai prochain. Voix d’Europe a décidé de faire le tour des 27 membres de l’UE pour prendre le pouls de chaque Etat avant ce scrutin important.

Données générales de l’Irlande

dolomites

Le scrutin européen n’est pas identique dans tous les pays membres. En République d’Irlande, l’électeur classe par ordre de préférence les candidats de la liste. Un candidat est élu dès qu’il atteint le quota nécessaire. Les votes supplémentaires sont redistribués. 

L’Irlande ne compte que 4,8 millions d’habitants (chiffres de 2018). A ce titre, elle n’a que 11 députés européens qui siègent au Parlement. Avec la sortie du Royaume-Uni, l’Irlande gagne 2 sièges supplémentaires. 

UE-Irlande : quelle relation ?

L’Irlande est membre de la Communauté Economique Européenne depuis 1973. Elle a adhéré en même temps que le Danemark et le Royaume-Uni, avec qui elle réalisait déjà une part importante de ses échanges commerciaux. Depuis son adhésion, elle est probablement l’un des pays qui a le plus bénéficié des aides de l’UE, notamment grâce à la PAC. 

Pendant dix ans (1989-1999), elle a reçu beaucoup de fonds structurels (environ 10 millions d’écus). Sa réussite économique lui a valu le surnom de « tigre celtique » dans les années 1990. La crise économique de 2008 a frappé l’Irlande de plein fouet et l’a plongé dans une récession dont elle a eu du mal à sortir. 

Toutefois, les relations avec l’Union européenne sont dans l’ensemble bonne, même si les Irlandais ont rejeté massivement les traités de Nice (2000) et Lisbonne (2009), avant de revoter et de changer d’avis. 

Depuis 2016, sa principale crainte est liée au Brexit. Effectivement, l’Irlande du Nord et la République d’Irlande se sont affrontées pendant plusieurs décennies avant de mettre un terme aux conflits grâce à l’accord du Vendredi Saint. Le Brexit va-t-il réactiver les tensions ? 

Europhile ou Europhobe ?

Depuis 1979, la participation n’a pas cessé de diminuer lors des élections européennes en Europe. En 2014, l’abstention en Irlande atteignait 47,56% et avait connu une hausse de 6% par rapport au scrutin précédent. Partout en Europe, l’abstention aux élections européennes est élevée : les Européens ne se déplacent pas ou très peu, alors qu’ils sont les premiers concernés. 

Pourtant, on ne peut pas dire que l’Irlande se désintéresse de l’Union européenne au point de vouloir la quitter. La question s’était d’ailleurs posée au moment où le Royaume-Uni mettait en place son référendum. 

Plus de 90% des Irlandais veulent rester dans l’UE, d’après un récent Eurobaromètre. En 2013, 29% d’Irlandais pensaient qu’il fallait suivre la décision de Londres. Ce revirement de situation est probablement dû au Brexit et à ses conséquences dramatiques sur l’économie du pays. 

Evidemment à Dublin, on est beaucoup plus convaincus encore qu’il faut rester dans l’UE (92%) maintenant. Chez les 18-24 ans, on monte à 97%. 

Certains pensent même qu’avec la sortie du Royaume-Uni, l’Irlande devrait contribuer davantage contribuer plus au budget de l’UE, selon l’idée du Taoiseach Leo Varadkar. En revanche, personne ne sait vraiment dire si le Brexit va réunir ou désunir les deux parties de l’île. 

 

Pour autant, bien que l’Irlande soit profondément europhile, un mouvement à tendance eurosceptique s’est crée en septembre 2018. Brexit Les membres de Irexit Freedom veulent directement s’inspirer de UKIP, le parti de Nigel Farage qui avait conduit au Brexit, en juin 2016. Herman Kelly, son fondateur réclame un retour  » à l’indépendance nationale et à la souveraineté de l’Irlande, ainsi qu’à restaurer la démocratie en quittant l’UE ». 

« La République d’Irlande contribue à hauteur de 400 millions d’euros aux vieux ivrognes qui nous font la loi » explique-t-il en parlant des déboires alcooliques de Jean-Claude Juncker. Comme Nigel Farage avant lui, Herman Kelly promet aux Irlandais qu’en quittant l’UE, ils reprendront le contrôle sur les frontières et les dépenses, et qu’ils seront plus heureux. 

Pas sûr toutefois que les Irlandais y croient, compte tenu de ce qu’il se passe de l’autre côté de la mer d’Irlande… 

Chloé LOURENÇO