Mozambique à genou

Le centre du Mozambique a été frappé, jeudi soir, par le cyclone Idai en détruisant tout sur son passage. Il a poursuivit sa course au Zimbabwe voisin, où selon le dernier bilan, au moins 89 personnes ont été tuées.

Jeudi 14 mars le cyclone qui s’est abattu sur le Mozambique a eu un effet dévastateur sur le pays. Le président mozambicain Filipe Nyusi au cours d’une intervention télévisée a affirmé que la catastrophe « pourrait dépasser le millier de morts ». 

Le chef de l’Etat de retour dans la capitale Maputo a également déclaré: « Pour le moment, nous avons officiellement 84 morts [au Mozambique, NDLR]. Quand on a survolé la zone tôt ce matin […] pour comprendre ce qui se passe, tout laisse à penser que le bilan pourrait dépasser les 1.000 morts ».

Villes endommagées et pertes humaines

« La vie de plus de 100.000 personnes est en danger », a-t-il estimé. « Nous avons vu des corps dans l’eau. C’est un véritable désastre humanitaire », ajoute-t-il. « Notre priorité est de sauver des vies. Aujourd’hui plus de 400 personnes ont pu être sauvées des zones inondées », termine le président.

Des dizaines de personnes ayant trouvé refuge sur des toits de bâtiments en dur peuvent être aperçues grâce aux images transmises par l’organisation Mission Aviation Fellowship, les bâtiments sont totalement entourés d’eau.

La deuxième ville du Mozambique, Beira, a été « endommagée » et ses environs « détruits à 90% par le cyclone Idai », a annoncé la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). La FICR a également estimé dans un communiqué de lundi que: »L’étendue des dégâts causés par le cyclone Idai qui a frappé la ville de Beira est énorme et terrifiant ».

Natacha Da Rocha