Chaos au Venezuela

Une panne d’électricité est le dernier des nombreux problèmes d’un pays qui a du mal à aller de l’avant.

Juan Guaido déclare l’état d’alerte

Une gigantesque panne de courant a paralysé le Venezuela pendant plusieurs jours. Après plus de cent heures sans électricité, la situation est définie «calamiteuse» sur le plan alimentaire et sanitaire. Le Parlement a décrété, la veille, l’état d’alerte, à la demande de l’opposant Juan Guaido, président par intérim autoproclamé et reconnu par une cinquantaine de pays.

Le courant a commencé à revenir partiellement dans plusieurs quartiers de la capitale, Caracas, mais l’intérieur du pays reste privé d’électricité. Selon Codevida (Coalition des organisations pour le droit à la santé et à la vie, ONG qui se consacre aux questions de santé), cette panne a déjà provoqué la mort d’au moins quinze malades dans les hôpitaux, ces derniers étant très peu équipés de générateurs en état de marche. La réelle situation dans le pays est toutefois extrêmement difficile à savoir faute de moyens de communication.

Sur place, les habitants restent chez eux. Cette situation est le résultat des nombreuses émeutes qui ont éclaté suite à la panne et qui font peur. Les personnes n’osent pas sortir. Des habitants des quartiers défavorisés viennent à la nuit tombée pour piller les supermarchés. A Caracas, c’est le chaos. La police elle-même est débordée. Face à cette insécurité, Nicolas Maduro a décrété trois jours fériés jusqu’à mercredi et a recommandé aux Vénézuéliens de ne pas sortir.

Un peuple affamé et assoiffé

A Caracas, les supermarchés sont fermés. Comme la monnaie nationale n’a plus aucune valeur, les gens ne payent que par carte bleue. Le problème est que sans électricité, les terminaux de CB ne fonctionnent plus. Seuls 10 % des supermarchés sont ouverts, lorsqu’ils ont la chance d’avoir un générateur. Mais ils n’acceptent, en espèces, que les dollars, ce que personne n’a.

Des témoins racontent que les gens ne mangent plus que des fruits secs. Tout ce qui était au frigo et au réfrigérateur est perdu à cause de la panne et donc tout a été jeté.

L’accès à l’eau potable est aussi un problème car les pompes sont activées par l’électricité. Il y a déjà eu des coupures de courant auparavant, mais ça ne durait que quelques heures. Cela n’est jamais arrivé qu’il manque d’eau et d’électricité aussi longtemps. Les gens ont très peur de ce qu’il va se passer car ils ont épuisé leurs réserves d’eau et de nourriture.

Les aides humanitaires ont du mal à rentrer dans le pays

La tension entre le président Nicolas Maduro et le président de l’Assemblée nationale (et président auto-proclamé) Juan Guaido a touché aussi les aides humanitaires destinées au pays. Guaido a, à plusieurs reprises, annoncé l’arrivée de l’aide humanitaire depuis la Colombie et le Brésil. Maduro n’a pas fait attendre sa réaction et a annoncé la rupture des liens diplomatiques avec la Colombie : « J’ai décidé de rompre les relations politiques et diplomatiques avec le gouvernement fasciste de Colombie dont les ambassadeur et consuls ont 24 heures pour quitter le Venezuela. Dehors, oligarques ! », a-t-il déclaré devant un rassemblement de ses partisans à Caracas.

Des images de camions d’aides humanitaires mis à feu par les partisans de Maduro ont également fait le tour du monde, ces actes ont fortement été condamnés par la plupart des leaders mondiaux.

A ce jour la situation au Venezuela reste inquiétante et la question sur les droits de l’Homme est mise en avant.

Natacha Da Rocha