Effondrement de l’extrême-droite : la méthode danoise

Alors que les populistes gagnent du terrain partout en Europe, le Danemark s’est distingué la semaine dernière lors de ses élections législatives. Effectivement, le 6 juin dernier, les Danois appelés aux urnes, ont choisi l’alternance et fait gagner les sociaux-démocrates. Une victoire importante qu’il est bon de souligner.

Victoire des sociaux-démocrates

Donnés favoris du scrutin, les sociaux-démocrates enregistrent un léger repli par rapport à 2015, mais sortent toujours en tête avec 25,9% des suffrages, selon des résultats quasi définitifs. Ils bénéficient en outre de la progression d’autres partis de gauche, qui offre au «bloc rouge» une majorité absolue de 91 sièges sur 179, contre entre 79 ou 80 pour les partis de droite, selon les projections.

L’un de ces partis de gauche alliés, le Parti populaire socialiste, principal parti écologiste danois a doublé sa représentation parlementaire, avec un score 7,7%. « Il semble que les Danois ont voté en faveur de l’espoir, du climat, des enfants et de l’avenir« , s’est félicité la présidente du parti, Pia Olsen Dyhr. Rappelons toutefois que le pays est déjà l’un des plus écologiste d’Europe, tourné vers les énergies renouvelables et notamment l’éolien. Le détroit de l’Øresund qui marque la frontière avec la Suède voisine est une véritable ferme éolienne en pleine mer.

Effondrement des populistes

Le grand perdant du scrutin est le Parti populaire danois force charnière de l’échiquier politique danois depuis le début des années 2000. Effectivement, cette formation populiste, eurosceptique et anti-immigration enregistre un cinglant revers, perdant plus de la moitié de ses sièges au Parlement.

Un pays vert et féministe

La poussée verte et l’effondrement de l’extrême-droite sont d’excellentes nouvelles pour la monarchie scandinave. Ce n’est cependant pas la seule, puisqu’il est fort probable que le pays soit dirigé par une femme, Mette Frederiksen. La probable future Première ministre a d’ailleurs remercié ses supporters en saluant « la première élection climatique du pays« . Une excellente nouvelle pour l’Europe entière. Gageons que d’autres pays suivront ce pas !

Chloé LOURENÇO