[Rétrospective] Politique internationale riche en émotions

Cette première partie de 2019 a été plus que mouvementée en matière de politique étrangère entre la crise au Venezuela, les folies de Bolsonaro et les polémiques de Donald Trump.

Tensions en Amérique latine

Le Venezuela est en pleine crise politique depuis le 23 janvier date à laquelle Juan Guaido s’est autoproclamé « président en exercice » lors d’une manifestation contre le président Nicolas Maduro. Les tensions ont officiellement débuté dans le pays en avril 2017 jusqu’à cette prise de position de Guaido en avril. Depuis le pays vit dans le désarroi et l’instabilité, le gouvernement de Maduro fort du soutient des militaires a empêché l’arrivée de toute aide humanitaire depuis les pays voisins, beaucoup de vénézuéliens sont entrain de quitter le pays. Aujourd’hui crise politique dans le pays est toujours très forte.

Le Brésil de son côté doit faire face (un peu comme les Etats-Unis) à son très critiqué président Jair Bolsonaro. Celui-ci élu président lors des élections de fin octobre 2018 a tout de suite marqué les esprits de la communauté internationale par ses propos souvent racistes et homophobes. Depuis son arrivée au pouvoir Bolsonaro multiplie les polémiques que se soit par ses propos ou ses décisions: dernière dans la liste l’assouplissement de la loi relative à l’achat d’armes à feu. En effet la violence au Brésil est à son comble et la volonté du président de faciliter l’accès aux armes à fait beaucoup parler dans le pays ainsi qu’à l’étranger. Le mandat de Bolsonaro vient à peine de commencer mais les critiques se multiplient déjà.

Trump toujours au centre des polémiques

Les critiques ne semblent jamais en finir avec Donald Trump. Le président américain, qui en cette première partie de 2019 a débuté sa campagne électorale pour les présidentielles de 2020, s’est récemment fait démarqué par ses propos sur quatre femmes du congrès américain selon lui pas américaines et qu’il invité à rentrer chez elles. Ses propos ont été qualifiés par l’opinion publique de racistes. Cela n’est bien sur que le dernier des épisodes marquants du président américain, il s’est fait également remarquer par sa prise de position sur le Brexit et celui qui selon lui devait prendre la place de Theresa May durant sa visite à Londres en juin ou encore lors de l’historique rencontre en Corée du Nord avec Kim Jong-Un dans lequel il prônait un nouvel avenir entre les deux pays.

La deuxième moitié de 2019 sera sans doute encore mouvementé à l’international car toutes les situations que nous vous avons exposées restent aujourd’hui encore grandes ouvertes.

Voix d’Europe revient avec l’actualité européenne et mondiale en début septembre.

D’ici là, nous vous souhaitons de bonnes vacances!

Natacha Da Rocha