Nouveau gouvernement et Gentiloni commissaire: l’Italie repart à zéro

Le mois d’août a été très mouvementée pour l’Italie, effectivement le gouvernement de coalition mouvement 5 étoile et Ligue du Nord entre en crise suite à des propos du désormais ex-ministre Matteo Salvini. Hier le sénat a voté la confiance pour la nouvelle coalition entre M5E et Parti Démocrate.

Conte bis, la confiance des deux chambres

Lundi 9 et mardi 10 le nouveau gouvernement de Giuseppe Conte se présentait respectivement devant le Parlement et le Sénat italien pour demander la confiance dans sa nouvelle mission. La tension était très élevée surtout au sénat où Conte a du faire face à l’opposition très dure de son ex-ministre Matteo Salvini qui lui a lu sa lettre de reproches, l’appelant souvent traitre. Le premier ministre ne sait pas laissé faire rappelant à Salvini que cette situation a été crée par sa volonté d’élections anticipées et de devenir premier ministre.

Le nouveau gouvernement a obtenu la confiance au Sénat avec 169 oui, 133 non et 5 abstentions, à la Camera dei députation (parlement) le gouvernement à obtenu la confiance avec 343 oui, 263 non et 3 abstentions.

Gentiloni commissaire européen à l’économie

L’ex-premier ministre italien (juste avant Giuseppe Conte) et président du parti démocrate Paolo Gentiloni a été choisi par Usrula Von der Leyen comme commissaire européen à l’économie.

La nouvelle présidente de la commission lors de l’annonce des portefeuille pour les nouveaux commissaire a fait les éloges de Gentiloni en mettant en avant sa grande expérience ainsi que le fait que l’ex-premier ministre représente un pays à la dette publique importante. Dans sa lettre d’engagement Von der Leyen indique que Gentiloni devra s’assurer de la lutte contre le chômage et qu’il devra s’assurer que l’UE puisse faire face aux choc économiques et à la stabilité lors d’éventuelles crises économiques.

L’ex-Commissaire à l’économique, le français Pierre Moscovici, a salué le choix de Gentiloni comme son remplaçant en mettant en avant ses connaissances et sa vision social-démocratique.

Le nouveau gouvernement et le choix de Gentiloni comme commissaire européen éloignent l’Italie du climat anti-européen qui s’était crée avec l’arrivée au pouvoir du populisme de la Ligue du Nord.

Natacha Da Rocha