[THROWBACK] 1989-2019: Le problème de la réunification

Si la chute du mur de Berlin a été historique et le premier pas vers la réunification, celle-ci a cependant été très compliqué à cause des différentes vues sur le processus entre les deux Allemagnes.

L’excitation populaire et la prudence politique

Le lendemain de la chute du mur nombreux habitant de la RDA ont fait leur valises et sont parti pour l’Allemagne de l’Ouest, de la même façon beaucoup d’habitants de la RDA qui s’étaient échappés dans des pays voisins ont décidé de rentrer dans leur pays au vu des événements.

Cependant les deux gouvernements allemands n’étaient pas d’accord sur le processus de réunification: si d’un coté la RFA voulait une réunification totale et rapide, l’Allemagne de l’est en revanche penchait plus pour une réunification à petit pas avec d’abord les deux gouvernement toujours en place mais plus de facilités et de communications entre les deux côtés. Malgré ces différents points de vu les deux chefs de gouvernements allemands, Richard von Weizsaecker (RFA) et Egon Krenz (RDA), avaient marqué l’histoire avec leur première poignée de main qui marquait le changement dans l’histoire des deux Allemagnes.

Mikhaïl Gorbatchev était de son côté très ferme sur sa position de ne pas vouloir amener le capitalisme en RDA, et c’était l’argument principal de la campagne pour la non-réunification. La RFA en revanche utilisait plutôt le côté économique pour montrer que l’est avait besoin d’eux pour se relancer, plusieurs sondages réalisés en RDA montrait que plus que la majorité des habitants voulaient une réunification rapide. Un discours ressort cependant celui de vouloir tout d’abord relancer l’Allemagne de l’Est.

Et l’Europe dans tout ça?

La France et la Grande Bretagne étaient deux des pays qui avaient le contrôle sur la RFA mais faisaient également partie de l' »Europe des douze » (ancêtre de l’UE à 28), cette Europe en pleine construction étaient donc touché en première ligne par les événements qui se passaient en Allemagne.

Après la guerre l’objectif était celui de reconstruire l’Europe, cette tâche a été rendu très difficile par la situation en Allemagne qui établissait un mur réel et fictif entre l’est et l’ouest européen, c’est pour cette raison que cette Europe qui était en pleine construction a du bien prendre les mesures lorsqu’une ouverture à l’ouest était plus réelle que jamais. Les douze se sont donc réuni à Paris sous invitation du président français François Mitterand pour discuter d’une position commune sur le sujet.

De plus lors d’une éventuelle réunification, l’Union Soviétique, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis en tant que gagnant de la guerre avait droit de vote sur l’acceptation ou non d’un éventuel traité d’unification. L’Objectif de l’Europe était bien sur de réaliser une réunification assez rapide mais contrôlé puisqu’une Allemagne unie était un membre qui gagnait en puissance pour la CEE.

La situation entre 1989 (date de la chute du mur de Berlin) et 1990 (date de la réunification) était donc très incertaine en Europe et surtout en Allemagne, les deux pôles, RDA et RFA avait toutes deux des visions différentes sur la façon de réaliser cette réunification, au final la volonté du peuple et le déclin de la puissance soviétique a mené à la réunification assez rapide.

La réunification rapide n’a cependant pas forcement était quelques chose de positif car le gap entre les deux Allemagnes a était difficile à rattraper au niveau économique et sociale et les séquelles sont encore aujourd’hui visibles.

Natacha Da Rocha