[THROWBACK] 1989-2019 : Mödlareuth, une ville, toujours coupée en deux

A l’approche des 30 ans de la chute du mur de Berlin, Voix d’Europe revient sur cet événement qui a changé l’Allemagne, l’Europe et le monde.

Depuis 30 ans, le Mur est tombé. Entre temps, l’Allemagne s’est retrouvée avec elle-même, la frontière a disparu entre les deux moitiés germaniques. Toute la frontière ? Non ! Un morceau du mur continue encore et toujours de séparer un village. Mödlareuth, à cheval sur la RFA et la RDA, est un symbole.

Ce petit village au nom improbable avait lui aussi son mur jusqu’en 1989. Mödlareuth a de nombreuses années été coupé en deux pendant 30 ans… et continue de l’être. La première moitié se situe en Bavière (donc en ex-RFA) et la deuxième en Thringe (donc en ex-RDA). De ce fait, le village était à cheval sur la frontière, et est à ce titre considéré comme un symbole de la division allemande.

Et 30 ans après la disparition du Mur et la réunification allemande, la division persiste. On note encore des différences sociales et politiques entre les deux moitiés.

Le Petit Berlin

Avec une population de 50 habitants, Mödlareuth, appellé aussi « Petit Berlin » est situé à mi-chemin entre Berlin et Munich. Ce village a été coupé en deux par un mur tout comme Berlin. Une partie appartenait alors à la commune de Töpen en Bavière et l’autre à la ville de Gefell en Thuringe. Le mur a séparé pendant des années de nombreuses familles. Sa démolition partielle en 1990 a permis la naissance du musée de Mödlareuth qui rappelle son histoire divisée. Un millier de touristes environ visitent chaque année ce musée de plein air.

Pour les habitants de l’ancienne partie est, la vie était normale, et on ne pensait même pas pouvoir aller à l’ouest un jour. L’inverse était également vraie. Et puis surprise, un jour le mur est tombé l’Est a découvert le Paradis.

Le Mur n’est pas tombé partout. Ici, à Mödlareuth, on peut encore voir une partie de la barrière de béton longue de 700 m, la clôture de la grille métallique et deux miradors qui servaient à la surveillance du mur. Au milieu du village, il n’est pas rare de croiser un char blindé abandonné, comme si le temps s’était figé à la fin des années 1980.

Trois décennies après la chute du Mur de Berlin, le village de Mödlareuth reste un endroit spécial. On le voit encore à certains détails comme les codes postaux, les indicatifs téléphoniques, les plaques d’immatriculation différentes etc. 

Le petit village est toujours sous l’autorité de deux maires pour une cinquantaine d’habitants dont l’appartenance se fait sentir dès les salutations : les Thuringiens disent « Guten Tag », bonjour, et sur l’autre rive, les Bavarois prononcent leur célèbre « Grüss Gott », que Dieu vous salue.

Chloé LOURENÇO