Le mouvement des sardines conquiert l’Italie

Quatre amis de Bologne se sont lancé un défi : contrer l’intervention de Matteo Salvini prévue au Paladozza de Bologne avec une manifestation à Piazza Maggiore. Douze mille personne ont suivi. C’est le début du mouvement des sardines.

Opposition à Matteo Salvini

L’objectif principal du Movimento delle sardine est celui de s’opposer à la Ligue du Nord et plus principalement à son leader Matteo Salvini et ses idées. Les créateurs du mouvement ont expliqué lors d’une interview que leur nom vient du fait qu’il voulait mettre en avant le fait de se serrer comme les sardines dans la boîte, mais ce symbole silencieux a aussi été choisi car il symbolise la façon dont la manifestation veut être faite: de façon pacifiste et silencieuse à l’opposée donc des tons généralement utilisés lors des meetings populistes en Italie et dans le monde entier.

Andrea, Giulia, Mattia, Roberto, ainsi se nomment les quatre amis qui ont lancé l’initiative sur Facebook, voulaient de base réunir 6000 personne à la Piazza Maggiore de Bologne le 14 novembre, pour contrer le nombre de personnes attendue au meeting de Salvini (la capacité maximale de la salle du meeting atteignait 5.570 personnes) ils ne s’attendaient certainement pas à voir 12.000 personnes, le double de ce qu’ils espéraient. Le succès de l’initiative s’est reproduit le 18 novembre à Modène où presque 7.000 sardines n’ont pas hésiter à se réunir malgré la pluie battante.

Plusieurs mouvements sont prévus dans d’autres ville de la péninsule comme Turin, Parme, Florence pour citer les plus grandes villes, beaucoup de jeunes parmi les manifestants qui avec leurs sardines en cartons sont prêts à faire sentir leur voix contre le chef de la ligue. Chaque ville à sont slogan/jeu de mot pour montrer leur volonté de s’éloigner de la politique de Salvini.

Les première critiques

Même si le mouvement est relativement nouveau, l’ampleur qu’il a pris en quelques jours à sans doute fait le tour du pays et les forces politiques se sont départagées les commentaires sur la question: si la gauche est en extase devant cette prise de position des citoyens, la droite est quand à elle plus mitigée sur le côté apolitique de cette initiative en insinuant qu’une manoeuvre du pouvoir politique de gauche se cache derrière ces prises de position.

Matteo Salvini ne semble pas particulièrement touché par le sujet, il relance même pour un dialogue entre les deux parties, il dit vouloir découvrir ce que ces mouvement veulent proposer.

Il y a quelques années un autre mouvement naissaient dans les rue et poussée par les citoyens, aujourd’hui ce même mouvement est au pouvoir en Italie, les sardines auront-elle le même succès?

Natacha Da Rocha