[Carnet de voyage] La Valette

Connaissez-vous La Valette, la capitale de Malte ? Cette petite île méditerranéenne, entrée dans l’Union européenne en 2004, regorge de trésors encore souvent méconnus des Européens. Voix d’Europe vous propose une immersion au sein de cette ville mythique, dont la création remonte au XVIè siècle. Exploration de cette cité

Un nom très français

Cela n’aura échappé à personne, le nom de cette capitale, bien que beaucoup plus proche de l’Italie, sonne très Français. La raison est simple : l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem s’installe à Malte en 1530. Si de nombreux projets sont d’abord envisagés, seule la construction du fort Saint-Elme verra véritablement le jour, dans la mesure où l’île est ravagée par les Ottomans, en 1565. Suite à cette tragédie pour Malte, des fonds affluent de toutes les cours d’Europe afin d’aider à la reconstruction de l’ordre religieux. Près du fort rescapé par 3 mois de siège, on décide de construire une ville qui portera le nom de son initiateur, Jean de Valette. Il s’agit d’une des seules villes de la Renaissance construite avec un plan à damier.

Une promenade maltaise

La Valette est une ville peu connue mais très colorée. La couleur ocre de ses balcons est omniprésente, ses escaliers larges en pierre ont un cachet sans pareil, et ses petites ruelles permettent de s’y promener en profitant d’une ombre bien convoitée. Et si vous souhaitez profiter de votre escapade pour faire un peu de tourisme, vous aurez l’embarras du choix parmi les 320 monuments qu’offre la ville.

La Palais des Grands Maîtres, bâti par l’architecte maltais Girolamo Cassar en 1571, abrite la Chambre des Députés et le bureau de la Présidente de Malte. L’aile droite quant à elle est un musée militaire où l’on peut constater qu’il devait bien difficile de faire la guerre avec plusieurs kilos de métal sur le dos !

Girolamo Cassar ne s’est pas arrêté à la construction de ce palais. Effectivement, il est également l’auteur de la co-cathédrale Saint-Jean, édifiée en 1572. Sobre en extérieur l’édifice renferme l’exubérance de l’art baroque et les signatures d’artistes emblématiques : le Caravage, Mattia Preti. Le pavement composé de dalles de marbre abrite les tombes des chevaliers. Huit merveilleuses chapelles dédiées aux huit langues de l’ordre de Saint-Jean entourent la nef. 

A 100 mètres de la place Saint Georges se trouve La Casa Rocca Piccola… Vous pénétrez dans la propriété de la famille du Marquis De Piro. Splendide demeure et seul palais de la Valette habité par des particuliers. Avec 50 pièces en majorité ouvertes au public et ses collections particulières, vous parcourez 400 ans de l’histoire de La Valette. L’accueil est convivial. Les tunnels construits sous la Casa Rocca Piccola servirent d’abris anti aériens durant la Seconde Guerre mondiale… Magnifique petit jardin intérieur typiquement maltais !

Avec une offre culturelle aussi diversifiée, les touristes peuvent aisément profiter de La Valette à l’aube, mais aussi en soirée, lorsque la chaleur oppressante est un peu retombée. Les musées sont climatisés et la vie maltaise se réveille au moment où le soleil se couche. De plus, on peut également se promener le long des quais, récemment réaménagés.

Une ville qui transpire l’histoire

Entre les XVè et XVIè siècle, l’archipel maltais fait partie de la Sicile, qui elle-même relève de la couronne d’Aragon, dont le roi est un Charles Quint. En 1530, Charles Quint cède la souveraineté sur l’archipel à l’ordre des Hospitaliers, chassé de Rhodes par la conquête ottomane en 1522. Les Hospitaliers s’installent à Borgo, site portuaire et seul lieu fortifié de l’île. Le grand maître de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem est « prince de Malte » et les Hospitaliers, désormais « chevaliers de Malte », renforcent ensuite la défense du port en fortifiant la péninsule de Xiberras, qui fait face à Borgo. En 1552, le grand maître hospitalier Juan de Homedes fait construire à l’extrémité de la péninsule, le fort SaintElme à la place d’une ancienne tour de guet dédiée à Érasme de Formia (saint Elme), patron des marins.

Après le Grand Siège de Malte qui a démontré l’importance stratégique de la presqu’île de Xibberas, le grand maître vainqueur des Ottomans, Jean de Valette, décide de la construction d’une puissante fortification en même temps qu’il faille relever les ruines du fort Saint-Elme. Ce sera en son honneur que la ville s’appellera La Valette.

Le bâti de La Valette doit beaucoup aux choix architecturaux et esthétiques de Girolamo Cassar. Le plan général de ses bâtiments est inspiré du maniérisme romain en réaction aux principes de la Renaissance. Un lourd pilastre engagé à chaque angle du bâtiment encadrant des façades ordonnancées symétriquement rythmées par des fenêtres aux encadrements peu ornés organisées autour d’une large porte centrale. L’exemple typique étant l’auberge d’Aragon construite par Cassar entre 1570 et 1571. Quand les Britanniques prennent possession de Malte, ils choisissent La Valette pour capitale. Ils vont moderniser les infrastructures de la ville et construire de nouveaux bâtiments nécessaires à l’administration coloniale.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le blitz, entre 1940 et 1943, a détruit beaucoup des constructions de la ville, mais la majorité d’entre elles ont été reconstruites à l’identique sauf le Royal Opera britannique dont les ruines sont restées jusqu’en 2013 un symbole du martyre des habitants.

En 2018, La Valette a été choisie Capitale européenne de la Culture, ce qui a constitué un vrai plus pour la ville, dont le secteur du tourisme a connu un véritable essor.

Alors si vous cherchez une jolie ville authentique, culturelle et vivante, n’hésitez pas à vous rendre à La Valette. Sensations et dépaysement garantis !

Chloé LOURENÇO