New Year, Old Trump

Ce début de 2020 aura été marqué par l’attaque des Etats-Unis en Iran qui a tué le chef militaire Qassem Soleimani.

Twitter moyen de communication du président américain

C’est une nouvelle façon de gouverner, utilisée par Donald Trump, qui désormais ne communique que par l’intermédiaire de Twitter. Le président américain a utilisé le réseau pour féliciter la réussite de l’attaque de la part de l’armée américaine et par conséquent, la mort de Qassem Soleimani, militaire haut gradé iranien qui serait à la base de tous les choix militaires du pays.

La réponse de l’Iran ne s’est pas faite attendre. Le pays a menacé d’attaquer les lieux importants et emblématiques des Etats-Unis sur place. Et effectivement, juste quelques heures après, une explosion a eu lieu proche de l’ambassade américaine.

Donald Trump a alors continué ses menaces, et, toujours sur Twitter, a annoncé que des missiles étaient prêts à attaquer 52 lieux significatifs iraniens. Quelques jours plus tard il annonçait que si les menaces continuaient il n’hésiterait pas à déclarer la guerre à l’Iran. Le Congrès américain s’est donc alors aussi servi de Twitter pour rappeler au président que ce genre de décision relève du domaine du Congrès et que les Etats-Unis n’étaient pas une dictature.

La situation entre Etats-Unis et Iran est des plus tendues avec, en toile de fond, les autres puissances mondiales qui essayent de faire redescendre le ton.

Les ministres des affaires étrangères européens réunis à Bruxelles

La situation tendue entre Iran et Etats-Unis a poussé à une réunion extraordinaire des ministres des affaires étrangères européens. Cette réunion qui aura lieu vendredi à Bruxelles permettra aux ministres de discuter sur la situation au Moyen-Orient suite à l’attaque meurtrière contre Soleimani.

Le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, qui a annoncé cette réunion extraordinaire, a également indiqué avoir invité Mohammad Javad Zarif, ministre des affaires étrangères iranien, à Bruxelles. Dimanche dernier, Borrell a envoyé une lettre aux pays de l’UE où il explique que Zarif précisait que l’Iran ne voulait pas une intensification des tensions suite à l’assassinat de Soleimani.

Il n’est pas encore clair si Zarif sera bien présent vendredi à la réunion extraordinaire.

Natacha Da Rocha