Chine : un virus qui inquiète

En 2003 déjà, la Chine avait été touchée par un coronavirus particulièrement virulent et inconnu. Le SRAS -Syndrome Respiratoire Aigu sérieux- avait fait plusieurs centaines de morts, provoquant par la suite une épidémie sans précédent, difficilement contrôlable. Depuis, les inquiétudes s’étaient essoufflées et la vie avait repris son cours. Mais il y a quelques semaines, un virus inconnu venu de Wuhan en Chine a fait de nouveau surface.

Virus à haut potentiel mortel

Les autorités sanitaires de la ville suspectent que ce virus soit lié à un marché local de fruits de mer, désormais fermé.“Les experts demandent au public de ne pas baisser la garde face à l’épidémie de pneumonie provoquée par un virus non identifié qui frappe le centre de la Chine, même si les autorités sanitaires du pays ont déjà éliminé certains virus extrêmement contagieux de la liste des agents infectieux”, rapporte le South China Morning Post.

Interrogé par la télévision d’Etat CCTV, Zhou Xianwang a précisé qu’un total de 258 personnes avaient été contaminées dans sa ville et que 227 d’entre elles étaient encore sous traitement.

Les premiers cas ont été rapporté au début du mois de janvier, mais ne causaient pas de décès. Toutefois, 6 morts ont eu lieu ces derniers jours, affolant la population. Pire encore, il semble que ce virus non identifié soit transmissible d’humain à humain.

L’Asie sous tension

Plus que la Chine seule, c’est toute l’Asie qui est placée en vigilance rouge, les experts préconisant le port du masque et un nettoyage des mains fréquent. Les habitants de toute la zone craignent également pour leur santé, et pour leur vie, car on ne connaît aucun traitement efficace pour lutter contre ce mystérieux virus.

Le plus inquiétant est probablement la rapidité de transmission du virus. A la fin de la semaine, les Chinois célèbrent le Nouvel An et le passage dans l’année du rat. Cette période de l’année, la seule pendant laquelle les habitants de l’Empire du Milieu peuvent aller retrouver leur famille, parfois dans d’autres provinces du pays, est l’occasion de voyager. Beaucoup craignent alors une transmission encore plus rapide, facilitée par les migrations de province à province.

En Europe ou en Amérique, les vols vers la Chine ne sont pas encore annulés, mais les autorités des différents pays appellent à la prudence et à la vigilance.

Chloé LOURENCO