L’Europe en quarantaine

Le COVID-19 est bel et bien arrivé en Europe. L’Italie le pays le plus contaminé juste après la Chine foyer du virus. L’Espagne a aussi vu le nombre de contaminés augmenter chaque jour jusqu’à proclamer l’état d’alerte et en France des mesures de confinement commencent à être mises en place. VDE fait un point sur toutes les mesures prises par les pays les plus touchés.

L’Italie confinée

Le 9 mars dernier le premier ministre italien Antonio Conte a annoncé que l’Etat devait « zone protégée » menant ainsi au prolongement de la fermeture jusqu’au 3 avril des établissements scolaires et universitaires, des musées, théâtres, cinémas ou monuments.

Cette disposition arrivait quelques jours après la décision d’isoler le nord du pays jusqu’alors foyer plus important du virus en Europe. Désormais c’est une vraie mise à l’arrêt qui a lieu dans la péninsule: tous les commerces, à l’exception des pharmacies, parapharmacies, magasins alimentaires, kiosques à journaux et tabacs, sont fermés. Même chose pour les bars, les restaurants, les marchés en plein air. L’ordre absolu est ne pas sortir de chez soi, sauf pour ceux qui pourront justifier leur déplacement en présentant aux forces de l’ordre un formulaire d’auto-certification téléchargeable et, selon les exigences, un certificat médical, une lettre de leur employeur, ou toute pièce prouvant qu’ils doivent rejoindre leur région ou pays de résidence.

Les transports publics ainsi que les transports de marchandises, les banques et certains bureaux de poste restent opérationnels. Les promenades à pied et les activités sportives dans un parc sont interdites. Seules les personnes qui ont un chien ont le droit de faire le tour du pâté de maisons. Ces dispositions ont une durée de quinze jours. Toute contravention à ces normes est passible d’une amende de 206 € et de trois mois de prison.

Explosion de malades en Espagne

Après l’Italie s’est l’Espagne qui a vu le nombre de malades exploser ces dernières heures, ainsi Pedro Sanchez le premier ministre espagnol a annoncé samedi 14 mars une quarantaine quasi-totale pour le pays dans le but d’éradiquer le virus.

Les habitants ne pourront sortir de chez eux que pour aller travailler ou d’autres raisons de première nécessité comme acheter à manger. Cette mesure drastique rentre dans le cadre de l’état d’alerte décrété pour quinze jours dans le pays. Dans son allocution à la télévision M.Sanchez indique que « l’interdiction de circuler dans les rues (…) est à suivre obligatoirement à partir d’aujourd’hui ». Ces mesures sont donc quasi identiques que celles prises par l’Italie peuvent donc sortir de chez eux pour aller « travailler », « acheter le pain », aller à la pharmacie ou se faire soigner mais « pas pour aller dîner chez un ami ».

Le Premier ministre a indiqué par ailleurs que l’ensemble des commerces n’étant pas de première nécessité seraient fermés dans l’ensemble du pays. Cette mesure avait déjà était prise en autonomie dans plusieurs régions comme celle de Madrid, la plus touchée d’Espagne avec près de 3.000 cas. « Notre main ne tremblera pas pour l’emporter face au virus », a encore dit Pedro Sanchez.

La France « en guerre »

C’est ainsi qu’à défini Emmanuel Macron la situation face au Coronavirus. Dans son allocution donnée à la nation hier, le président de la République a expliqué les nouvelles mesures mises en oeuvre par le gouvernement pour contrer la propagation du virus au maximum.

Dans un premier temps Macron a tenu a repris les nombreux français qui ont continué à se rassembler le week-end dernier « comme si la vie n’avait pas changé », il a ensuite continué son discours en soulignant six fois que « nous sommes en guerre » contre le nouveau coronavirus Covid-19.

Il a donc été annoncé que dès aujourd’hui midi « et pour 15 jours minimum, nos déplacements seront très fortement réduits. Les regroupements amicaux ou familiaux ne seront plus permis. » Il a précisé que « toute infraction à ces règles sera sanctionnée. » Le Président a également annoncé la suspension de toutes les réformes en cours de plus pour répondre à l’urgence dans le Grand-Est, le déploiement d’un hôpital de campagne des armées en Alsace a été annoncé. Des masques de protection doivent être livrés dans les « 25 départements les plus touchés dès mercredi ».

L’autre grande annonce a été celle du report du deuxième tour des élections municipales (le maintient des élections n’avait pas été bien vu par de nombreux français). Dans son discours Macron a également précisé que l’Etat français allait soutenir les entreprises dans cette période difficile en annonçant un « un dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien ou report d’échéances bancaires et de garanties de l’Etat à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques. » Il a également précisé que « pour les plus petites d’entre elles, et tant que la situation durera, celles qui font face à des difficultés n’auront rien à débourser, ni pour les impôts, ni pour les cotisations sociales. Les factures d’eau, de gaz, d’électricité ainsi que les loyers devront être suspendus ».

Il a également été annoncé que Les frontières de l’espace Schengen et de l’Union européenne vont fermer dès mardi midi pour 30 jours, exception faite pour « les Français actuellement à l’étranger » qui pourront rentrer en France.

La situation est donc très délicate en ce moment en Europe alors qu’on attend encore d’atteindre le pic de contamination.

Voix d’Europe se joint aux nombreux appels et vous incite à rester à la maison et au respect des normes d’hygiène.

Natacha Da Rocha