[Grand Format européen] “Europe Créative” fait vivre la culture de l’UE !

Image à la Une : Krists Luhaers @Kristsll

Le Grand Format européen, c’est le partenariat de 5 webzines sur l’Europe. Retrouvez chaque mois des articles sur un thème commun !

Le programme européen « Europe créative » soutient les secteurs audiovisuel, culturel et créatif partout en Europe. Il se compose de différents modes de soutien qui encouragent les acteurs de ces secteurs à se déployer à travers l’UE, à atteindre de nouvelles audiences et à développer les compétences requises à l’ère numérique ! 

En Europe, les politiques culturelles sont du ressort des Etats. Toutefois, l’Union européenne dispose depuis le Traité de Maastricht d’un programme chargé d’appuyer ses membres et de défendre un modèle culturel original. Europe Créative – c’est son nom – repose sur deux axes : le premier protège la création et par conséquent, les artistes ; le second défend la diversité culturelle en Europe. Sur la période 2014-2020, le programme a été subventionné à hauteur d’1,5 milliards d’euros. Musique, audiovisuel, sculpture ou peinture : tous les secteurs sont intégrés au sein de ce programme.

Le programme se décline en trois volets différents, eux-mêmes déclinés en fonction des priorités. Le volet “Culture” (31% du budget) est dédié au renforcement des secteurs de la culture et de la création sur le plan européen et international. Le volet “Médias” (56% du budget) s’attache au développement et au renforcement de la production audiovisuelle et cinématographique. Le troisième volet (13% du budget) est un outil transversal qui prévoit une coopération internationale. 

Voici 3 projets qui vous permettront de mieux cerner l’objectif de ce programme trop peu connu.

Europavox célèbre la musique européenne

Soutenu par le programme européen “Europe Créative”, le festival européen Europavox rassemble chaque année une cinquantaine d’artistes d’une vingtaine de nationalités différentes. Créé en 2006 à Clermont-Ferrand, Europavox ne cesse depuis d’attirer de plus en plus de spectateurs. Le but premier de ce festival était de montrer une facette plus joyeuse et plus jeune de l’Europe, et de montrer le pouvoir de sa créativité. 

Pour les organisateurs, l’UE n’est pas seulement qu’un “machin” qui ne sert qu’à mettre des bâtons dans les roues des Européens, mais un objet qui permet à la culture européenne de vivre. En 2018, Europavox avait rassemblé pas moins de 40 000 personnes venues du continent entier. Il jouit désormais d’une renommée internationales, ce qui lui permet de programmer des artistes très différents, au styles musicaux complètement opposés. 

“Educ’Arte” : documentaires européens comme ressources européennes

“Educ’Arte” n’est pas un projet en soi, mais plutôt une plateforme, lancée par la chaîne européenne Arte. Ainsi, enseignants et élèves peuvent avoir accès à plus de 850 supports pédagogiques et documentaires en lien avec les programmes scolaires. Il y a fort à parier que cette plateforme aura été d’un grand secours pendant la période de confinement que nous avons traversée, et pendant laquelle de nombreux parents ont dû s’improviser professeur. 

“Educ’Arte” a cela de particulier que les vidéos mises en ligne sont modifiables et personnalisables par les utilisateurs. De cette façon, il est possible d’y ajouter des fiches de révisions, des commentaires ou encore des cartes mentales, qui permettent une mémorisation plus facile des informations données. Plus de 500 établissements européens adhèrent à la plateforme sur un total de 28 pays, et regroupent plus de 10 000 utilisateurs. 

Le projet “d’Educ’Arte” est “d’européaniser” la programmation de sorte que l’on puisse avoir accès à du contenu original en langue allemande, anglaise et espagnole en plus du français. Promouvoir les œuvres européennes tout en favorisant l’apprentissage des langues européennes, telle est l’idée d’Arte afin de faire circuler les modes de pensées européens. 

La traduction littéraire pas en reste

Bien évidemment, le programme Europe Créative s’intéresse également à la littérature, passée, présente ou future. Seulement, lire un roman qui n’est pas traduit en français pose de sérieux problème aux lecteurs, surtout si le roman en question est écrit par un auteur estonien, polonais ou slovène ! 

Aucun problème. Les Editions Zulma, bénéficiaires du programme européen, promettent de traduire des oeuvres majeures dans leurs pays, mais tout à fait inconnues en France. Parmi les concernées, Passamyndir de l’Islandais Einar Mar Gudmundsson, ayant reçu, pour l’ensemble de son œuvre, le Swedish Academy Nordic Prize ou encore El testament d’Alcestis, un puissant huis-clos dans la campagne catalane écrit par Miquel de Palol, un auteur catalan. Ce projet aura été subventionné à hauteur de 59 000€ par l’UE. 

Europe Créative sera renouvelé pour la période qui va s’ouvrir (2021-2027). Les Etats membres et le Parlement discutent en ce moment des modalités de sa prolongation, et notamment des futurs secteurs qu’il va promouvoir. La mobilité des artistes ou la circulation des oeuvres européennes entre Etats membres est à l’étude de la nouvelle mouture. Les députés européens soutiennent par ailleurs une augmentation de son budget, afin de ne pas laisser le secteur culturel sur le côté. 

“European talent – especially the younger generations – should be able to move freely and to circulate their works, have the chance to work on co-productions, and be further supported in the face of the current lack of funds that is the cause of a major loss of opportunities.” a souligné Silvia Costa, rapporteur du texte sur Europe Créative au Parlement européen

On a d’ailleurs pu noter à quel point la culture était importante pour nos sociétés lorsque nous ne pouvions plus y avoir accès à l’occasion de la pandémie de Covid19. Cette soif de culture, de cinéma, de concert, de lecture doit être défendu sur le plan européen. 

L’équipe de Voix d’Europe