L’état de l’Union 2020

La présidente de la commission européenne, Ursula Von der Leyen, a tenu hier 16 septembre le discours sur l’état de l’Union. Le moment de faire le bilan de l’année passée et tracer les priorités de l’années à venir.

Point Covid

Le discours commence avec un point sur la situation Covid, sur ce point la présidente de la commission à mis en alerte sur la course au vaccin qui fait l’objet d’une vive concurrence à l’échelle mondiale « «Le nationalisme vaccinal met des vies en danger, la coopération en matière de vaccins les sauve». La situation liée au coronavirus a mis en avant le manque d’unité en question de santé, chaque pays a du faire face à la pandémie de son côté c’est pour cela que Mme Von der Leyen a appelé  à une «Union européenne de la santé».

L’écologie point ferme

La situation post-Covid est au centre des inquiétudes de toutes l’union, Ursula Von der Leyen a annoncé que pour le plan de relance européen post-Covid de 750 milliards d’euros il sera financé à 30% par des obligations vertes en mettant en avant les réalisations déjà en place au sein de l’union «Nous sommes les leaders mondiaux de la finance verte et le plus grand émetteur d’obligations vertes dans le monde. Nous faisons œuvre de pionnier en élaborant une norme de l’UE solide en matière d’obligations vertes».

Pour 2030 la Commission européenne propose de viser une réduction de 55% des émissions de gaz à effet de serre de l’UE par rapport au niveau de 1990 cela afin de parvenir à l’objectif de la neutralité carbone en 2050. De plus l’hydrogène vert prend de plus en plus d’ampleur dans le discours européen.

Lutte aux discrimination

L’actualité mondiale et notamment celle liée aux discrimination a trouvé place également dans le discours sur l’Etat de l’Union. Von der Leyen a annoncé qu’elle allait présenter «un plan d’action» contre le racisme et les «crimes de haine, qu’ils se fondent sur la race, la religion, le genre ou la sexualitéIl est temps à présent de construire une Union véritablement antiraciste – en condamnant le racisme, mais aussi en agissant»» a-t-elle déclaré durant son discours.

La communauté LGBTQ+ a également été au centre du discours de la présidente qui a tenu a rappeler que les «zones sans LGBTQ» décrétées dans un certain nombre de villes polonaises sont des «zones sans humanité» qui «n’ont pas leur place» dans l’UE elle a ensuite indiqué que « «La Commission proposera bientôt une stratégie visant à renforcer les droits des LGBTQI (personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes). Je plaiderai en faveur de la reconnaissance mutuelle des relations familiales dans l’UE: si vous êtes parent dans un pays, vous êtes parent dans tous les pays».

Urusla Von der Leyen a également tenu a parler du Brexit, des relations avec la Turquie et de l’immigration, thèmes toujours à la une de l’actualité européenne. Le discours s’est suivi d’une séance de débat avec les parlementaires

Si vous n’avez pas pu voir/écouter le discours sur l’état de l’Union vous pouvez le trouver ici.

Natacha Da Rocha