L’UE ne reconnaît pas Alexandre Loukachenko

Le 24 septembre, le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a réagi à la « prestation de serment » qui a eu lieu à Minsk le 23 septembre en déclarant que « cette cérémonie et le nouveau mandat dont se réclame Alexandre Loukachenko n’ont aucune légitimité démocratique ». Cette déclaration fait suite à l’élection présidentielle biélorusse du 9 août, dont les résultats ne sont pas reconnus par l’Union européenne et une partie importante de la population biélorusse qui manifeste tous les dimanches.

Voix d’Europe vous le disait dès le 21 août dernier, l’UE remettait en question les résultats de l’élection présidentielle du mois dernier.

Une cérémonie tenue secrète

La semaine dernière, Alexandre Loukachenko prêtait serment pour un sixième mandat à Minsk. Il y recevait le certificat de président de la Biélorussie, lors d’une cérémonie tenue secrète. Cela fait suite aux contestations en augmentation constante dans le pays depuis la parution des résultats. «Alexandre Loukachenko a prononcé le serment en langue biélorusse, après quoi il a signé l’acte de prestation de serment puis, la présidente de la Commission électorale […] lui a remis le certificat de président de la république de la Biélorussie», a indiqué l’agence Belta.

Dans la matinée, les médias indépendants biélorusses et les plateformes de l’opposition avaient spéculé sur une telle cérémonie en catimini, le cortège présidentiel ayant défilé dans la rue à toute vitesse, l’artère principale de Minsk ayant été fermée au public et les forces de l’ordre ayant été déployées en nombre autour de la présidence.

Violente répression

Alexandre Loukachenko est confronté depuis la présidentielle du 9 août à une contestation inédite, des dizaines de milliers de personnes sortant notamment dans la rue chaque dimanche à Minsk pour dénoncer sa réélection jugée frauduleuse, et cela malgré la répression du mouvement. Les premiers jours, les manifestations ont été réprimées très violemment et des milliers de personnes ont été arrêtées.

Quelque 100 000 personnes défilaient sous la pluie à Minsk, selon des journalistes de l’AFP sur place, dont des athlètes connus, un nombre comparable aux semaines précédentes. Le ministère de l’Intérieur a indiqué avoir arrêté environ 200 personnes.

L’UE ne reconnait pas Alexandre Loukachenko

Par la voix de son Haut-Représentant, Josep Borell, l’Union européenne a fait savoir dans un communiqué qu’elle ne reconnaissait pas la prestation de serment d’Alexandre Loukachenko : « Rappelant la déclaration faite par le haut représentant, au nom de l’Union européenne, le 11 septembre, l’UE affirme une nouvelle fois que l’élection présidentielle tenue le 9 août en Biélorussie n’a été ni libre ni régulière. L’Union européenne n’en reconnaît pas les résultats falsifiés. C’est pourquoi la soi-disant « prestation de serment » du 23 septembre 2020 et le nouveau mandat dont se réclame Alexandre Loukachenko n’ont aucune légitimité démocratique. »

Depuis la fin du mois d’août, l’UE n’a pas changé d’avis : « La position de l’Union européenne est claire: les citoyens biélorusses ont le droit d’être représentés par les personnes qu’ils choisissent, en toute liberté, dans le cadre d’un nouveau scrutin ouvert à tous, transparent et crédible. ».

Au vu de la situation actuelle, l’UE réexamine ses relations avec la Biélorussie.

Chloé LOURENÇO