L’euro numérique, c’est quoi ?

La Banque centrale européenne (BCE) veut passer la vitesse supérieure avec l’euro et créer un « euro numérique ». De quoi s’agit-il précisément ?

L’euro a été mis en service depuis 1999 et a complètement remplacé les anciennes monnaies nationales depuis 2002. Depuis, peu d’évolutions ont vu le jour. La BCE a décidé de lancer des consultations auprès des 19 Etats membres qui possèdent l’euro comme monnaie officielle. Ces consultations ont pour objectif de connaître l’avis des citoyens européennes sur cette nouvelle idée.

Un contexte voué à la dématérialisation

L’euro numérique serait la possibilité d’avoir un billet de banque électronique sur un smartphone ou sur une carte en plastique, non reliée à un compte bancaire. Cela servirait pour les échanges de la vie de tous les jours. En gros, on utiliserait de l’argent qui ne serait plus stocké dans le monde bancaire mais sur nos comptes numériques personnels.

Depuis plusieurs années, la dématérialisation et le numérique prennent de plus en plus de place dans la vie quotidienne. On facilite déjà les paiements à distance, les paiements sans contacts et tous les petits gadgets susceptibles de nous faire gagner de la place dans nos sacs/poches. Ces derniers mois avec le Covid-19 ont montré qu’il était d’autant plus important de limiter les contacts de paiements.

Les consultations ont commencé il y a quelques jours et une décision devra être prise d’ici fin 2021 au niveau de la Banque centrale européenne. Le fonctionnement et les détails sont toujours à déterminer. Mais l’idée du projet est là. La question de la cybersécurité sera bien évidemment le sujet le plus important de ces consultations et de la mise en place.

Pourquoi avoir un euro numérique ?

L’émergence de moyens de paiements comme par exemple le BitCoin a incité la BCE à trouver des alternatives. En effet, les monnaies cryptées ont connu un beau succès mais elles ne sont absolument pas fiables ni stables et parfois illégales. Et elles font concurrence aux monnaies officielles telles que l’euro.

Avoir un euro numérique permettrait – en théorie – d’avoir une stabilité et d’éviter les fluctuations opaques ce qui redonnerait sans doute confiance dans le système financier et bancaire.

La fin du système bancaire ?

Que les banques n’aient crainte, leur vie n’est pas prête de s’arrêter dans notre monde capitaliste. L’euro numérique, s’il est mis en place, ne remplacerait pas le système bancaire mais serait une autre possibilité, un nouveau choix.

En revanche, l’euro numérique serait entièrement contrôlé et émis par la BCE. Ceci suppose que les banques nationales – qui contrôlent les émissions monétaires actuellement dans chaque pays – n’auraient pas de pouvoir sur l’euro numérique.

Nous verrons dans quelques mois les résultats de ces consultations sur l’euro numérique et si les Européens sont prêts à utiliser ce système certes novateur mais non sans risques.

Wassila ZOUAG