[PORTRAIT] Qui est Kamala Harris ?

Depuis le 4 novembre dernier, les yeux du monde entier étaient rivés sur les résultats de l’élection présidentielle américaine. Si l’issue du scrutin semblait incertaine, c’est finalement Joe Biden que les citoyens des Etats-Unis ont fait sortir des urnes, non sans difficultés. Et depuis lors, le monde apprend à connaitre la femme qui endossera le costume de Vice-présidente le 20 janvier prochain, lorsque Joe Biden sera officiellement investi 46ème Président des Etats-Unis d’Amérique. Portrait de cette femme hors du commun.

Une self-made woman

Depuis l’annonce officielle des résultats, un tweet devenu célèbre tourne en boucle sur les réseaux sociaux. Il est même peu probable que vous qui lisez actuellement ces lignes, ne l’ayez pas vu. Au téléphone et en direct, Kamala Harris appelle Joe Biden pour lui annoncer en personne qu’il sera le prochain Président des USA. Arrêtée en plein jogging, elle partageait avec nous sa joie et éclatait d’un rire chaud, devenu désormais célèbre.

Kamala Harris résume assez bien le rêve américain à elle seule. Née le 20 octobre 1964 à Oakland en Californie, elle est la fille d’un professeur d’économie à la prestigieuse université de Stanford et d’une biologiste et oncologue, spécialiste du cancer du sein. Son père est d’origine jamaïcaine, sa mère est originaire du Tamil-Nadu en Inde. Ses parents militaient pour les droits civiques.

Après deux mandats de procureure à San Francisco (2004-2011), elle avait été élue, deux fois, procureure générale de Californie (2011-2017), devenant alors la première femme, mais aussi la première personne noire, à diriger les services judiciaires de l’Etat le plus peuplé du pays. À 56 ans, la sénatrice de Californie s’est présentée, aux côtés de Joe Biden, 77 ans, comme un atout jeunesse avec une pugnacité et un dynamisme dont il avait grandement besoin pour l’emporter, comme le souligne RTL. Cette Américaine de première génération a également été un atout majeur pour attirer un électorat plus divers, qui a soif de se voir mieux représenté au sommet du pouvoir.

La nouvelle icône de la jeune génération

Aux USA, Kamala Harris compte de nombreux fans, surtout depuis la victoire démocrate. Barack Obama est d’ailleurs son premier fan -et probablement son fan le plus célèbre- puisqu’il avait déclaré, lorsque le ticket démocrate avait été annoncé : « En choisissant la sénatrice Kamala Harris pour devenir la prochaine vice-présidente américaine, [Joe Biden] a trouvé la partenaire idéale pour l’aider à se mesurer aux défis bien réels auxquels est confrontée l’Amérique en ce moment, et auxquels elle sera confrontée dans les années à venir ».

Depuis, la popularité de la nouvelle Vice-présidente n’a cessé de se démentir. Dans les pas de #MeToo, des #BlackLivesMatter, une bonne partie de la communauté afro-américaine s’est rangée derrière elle. Avec sa candidature, elle souhaitait avant tout prouver que les origines importaient peu, et que le fait d’être une femme n’oblige pas à regarder les hommes agir. De ce côté-là, c’est certainement un pari réussi ! Dans un tweet, elle expliquait : « Je suis peut-être la première femme à ce poste, mais je ne serais pas la dernière. Maintenant, chaque petite fille sait que c’est possible, que tout est possible ».

Un oeil sur 2024 ?

Forte d’un parcours brillant, digne du meilleur rêve américain malgré des chapitres controversés -on lui reproche par exemple sa sévérité lorsqu’elle était procureure de Californie – elle rêvait de devenir la première femme présidente et personne de couleur des États-Unis. Avec la vice-présidence en 2020, Kamala Harris garde sans doute un œil sur la présidentielle de 2024 et l’espoir de briser, alors, l’ultime plafond de verre. Beaucoup y voit d’ailleurs une formidable rampe de lancement pour la prochaine élection, dans quatre ans. Effectivement, on imagine mal Joe Biden se représenter une seconde fois à l’âge de 82 ans.

L’ancienne sénatrice n’a jamais caché ses ambitions. Il y a un an, elle briguait même l’investiture démocrate et n’avait pas hésité à tabler Joe Biden. C’est finalement sa proximité avec le fils du « president-elect » Beau Biden, décédé en 2015, qui a fait d’elle une colistière de choix. «Dans cette élection, il s’agit de beaucoup plus que de Joe Biden ou moi-même. Il s’agit de l’âme de l’Amérique et de notre détermination à nous battre pour elle. Nous avons beaucoup de travail devant nous. Mettons-nous au travail», a-t-elle tweeté.

Good luck Mrs Harris !

Chloé LOURENÇO