[Chine] Le Parti fête ses 100 ans !

En juillet 2021, la Chine commémorera le centenaire de la création du Parti Communiste Chinois. Aujourd’hui, le Parti règne sans partage sur la destinée du pays, et son premier secrétaire, Xi Jinping, s’est imposé en maitre absolu. C’est assurément le plus grand parti du monde, et le PCC compte bien le rester !

Une origine sino-européenne

C’est en 1921 que le Parti Communiste Chinois (PCC) a été fondé au coeur de la ville la plus capitaliste qui était à l’époque : Shanghai. Le pouvoir chinois était tout à fait corrompu, et le pays au mains des Occidentaux, qui voyaient dans l’Empire du Milieu le moyen de s’enrichir. Shanghai, la deuxième ville de Chine, ouverte sur l’Océan, était alors divisée en plusieurs concessions que se partageaient les Occidentaux. Comble de l’ironie, c’est d’ailleurs dans la concession française que le PCC a été créé par une quarantaine de militants.

Certains avaient quitté la Chine quelques temps auparavant afin de travailler en France, dans le cadre du mouvement « études-travail » et avaient déposé leurs bagages dans le Gâtinais, à Montargis, dans le Loiret. En 1918, un certain Cai Hesen fondait à Changsha dans la province chinoise du Hunana, avec quelques amis intimes, une association répondant au nom de « Association des hommes nouveaux ». L’un d’entre eux s’appelait Mao Zedong. Tous se rendirent à Pékin afin de rencontrer l’organisateur de ce programme. C’est ainsi que Mao a quitté son Hunan natal, où il serait peut-être toujours resté et ne serait jamais devenu Mao.

Un grand groupe de Hunanais quitta donc la Chine pour Montargis, ville ouvrière du Loiret, en France. Ils furent rejoints par quelques Chinois du Sichuan. Parmi eux, se trouvait DEng Xiaoping. c’est là qu’ils décidèrent, au sein de la France profonde, après la fameuse réunion du 6 au 10 juillet 1920 intitulée « Sauver la Chine, sauver le Monde » de créer un nouveau parti démocratique en Chine pour prendre le pouvoir, tourner résolument la page de la société féodale et fonder la Chine Nouvelle. Mao, resté en Chine auprès de sa mère malade, ne trouva rien à changer. En 1921 le Parti Communiste Chinois fut fondé à SHANGHAI et tous ces jeunes firent la révolution chinoise et devinrent, pour ceux qui survécurent, les grands dirigeants, unanimement reconnus, de la Chine nouvelle.

Un siècle et 93 millions de membres plus tard…

Le PCC d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec ce qu’il était au départ. Un siècle après avoir été fondé, il compte pas moins de 93 millions de membres et constitue non seulement l’armature de la société, mais aussi de l’économie du pays. Effectivement, tous les patrons des entreprises publiques en sont membres en Chine, condition presque incontournable pour gravir les échelons de la vie en Chine et devenir quelqu’un d’important. Comme le souligne François Lenglet sur RTL : « En Chine, le PCC c’est un peu comme le Rotary Club ! »

Ce gigantesque appareil est un excellent réseau de surveillance humaine qui ne compte finalement pas grand chose au pouvoir en place. Cette surveillance n’est pas seulement politique : pendant le Covid par exemple, certains membres du parti ont été réquisitionnés afin d’assurer des rondes, faire respecter les confinements et punir les contrevenants. La pandémie de Covid a été été très utile au PCC qui s’en sert maintenant dans sa propagande pour montrer au peuple à quel point il a été efficace et a bien su les protéger et les sauver. Les cadres du parti mettent en avant la « décadence » des Occidentaux, terrassés par des vagues successives de virus, dont ils ont bien du mal à se défaire.

Bras armé du pouvoir

Le PCC est évidemment un bras armé du pouvoir, mais pas seulement. Il sert également à faciliter la communication des périphéries vers le centre du pays (on trouve à Shanghai plusieurs dizaines de sections chargées d’espionner les banques, surtout étrangères). De plus, le PCC sert à transmettre l’information dans l’autre sens, du centre vers la périphérie.

Pour devenir membre, ce n’est pas si simple. Chaque année, des centaines de milliers de candidats se présentent, mais seulement 6% d’entre eux rejoignent effectivement les rangs très serrés du PCC. Il faut naturellement être parrainé, mais cela ne suffit pas : une période probatoire est mise en place de plusieurs années, afin de s’assurer de la fiabilité du recruté. Entrer dans le PCC, c’est un peu le même parcours que celui qu’a dû emprunter James Bond avant d’être au service de Sa Majesté !

Pourquoi autant de Chinois se bousculent-ils aux portes du PCC ? Simplement parce qu’être membre donne accès à de nombreux avantages. Tout est plus simple lorsqu’on est membre du parti en Chine. Et cela dure depuis un siècle !

Chloé LOURENÇO