Pologne : un « Polexit » imminent ?

La semaine dernière, la Pologne défiait encore l’UE. Cette fois-ci, la justice a estimé que certains articles des traités européens étaient incompatibles avec la Constitution du pays. Malgré sa volonté de rester dans l’UE, réaffirmée par Varsovie ce vendredi 8 octobre, la crainte d’un potentiel « Polexit » fait trembler la sphère européenne.

Les nationalistes polonais applaudissent des deux mains après une nouvelle provocation envers Bruxelles. Jeudi 7 octobre dernier, la plus haute juridiction polonaise s’est prononcée contre la suprématie du droit européen. Toutefois, malgré ces signes d’émancipation de l’UE – une de plus- le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a assuré que Varsovie souhaitait rester dans l’UE.

Le droit européen : la pomme de discorde

Jeudi dernier, la juridiction polonaise a mis le feu aux poudres en se déclarant « contre la suprématie du droit européen », alors que dans la hiérarchie des normes, les traités européens sont toujours au-dessus du droit national. Cette décision historique pourrait menacer l’appartenance de la Pologne à l’UE, dans la mesure où il ne s’agit pas de la première provocation du pays.

Comme si cela ne suffisait pas, la Cour constitutionnelle polonaise a ensuite ajouté que certains articles du TUE étaient incompatibles avec la Constitution polonaise. Elle a ensuite demandé aux institutions européennes de ne pas « interférer au-delà de leurs compétences ».

La réaction de l’Union ne s’est pas faite attendre. Rapidement, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, s’est dite préoccupée par cette déclaration, et s’est engagée pour faire respecter la primauté du droit européen sur le droit national.

Entrée en 2004 avec 9 autres Etats (Estonie, Lettonie, Lituanie, République tchèque, Slovaquie, Slovénie, Hongrie, Chypre et Malte), la Pologne n’en est pas à son coup d’essai contre Bruxelles. L’année dernière encore, l’Europe avait dû conditionner le versement des aides liées au Covid au respect de l’Etat de droit afin de pousser le pays à rentrer dans le droit chemin.

Donald Tusk : figure anti Polexit

Donald Tusk, ancien président du Conseil européen, qui ambitionne toujours de revenir sur la scène politique polonaise, est devenu le fer de lance des manifestations. Le 10 ocotbre dernier, suite ç son appel, 100 000 personnes descendaient dans les rues de Varsovie. Une centaine d’autres villes du pays a suivi.

A cette occasion, l’ancien Président a pu jauger sa capacité à rassembler les gens. Les Polonais sont 48% à le soutenir et à penser qu’il peut changer la donne, tandis que 50% pensent encore le contraire (sondage pour l‘hebdomadaire Wprost). En revanche, ce qui est certain, c’est que près de 70% des Polonais souhaitent rester dans l’UE.

Un « Polexit » semble donc écarté. Pour le moment.

Chloé LOURENCO