Quelle présidence européenne pour la France en 2022 ?

Après l’allocution d’Emmanuel Macron le 9 novembre dernier, beaucoup de questions et d’articles concernant la Présidence française de l’Union européenne (PFUE) sont sortis. Voix d’Europe vous fait un rappel sur le fonctionnement de l’UE.

Le terme de « Présidence française de l’Union européenne » se fait de plus en plus entendre ces derniers temps. En effet, à partir du 1er janvier 2022 et ce jusqu’au 30 juin, la France sera à la tête de l’UE. Néanmoins, certains s’offusquent du terme « Présidence de l’UE », terme utilisé par tous les pays pour désigner leur présidence.

Voix d’Europe vous propose donc un petit rappel sur le fonctionnement des Conseils au sein de l’Union européenne pour comprendre comment la France présidera l’organisation.

Le Conseil européen est la réunion des chefs d’État et de gouvernement des États membres de l’UE. Cette institution, créée par le Traité de Lisbonne en 2007, a une présidence fixe et stable : un président choisi par les 27 dirigeants tous les 2 ans et demi. Actuellement, Charles Michel est à la tête du Conseil européen. Ce Conseil se réunion 4 fois par an à l’occasion des Conseils européens formels et plus de fois si nécessaire en fonction de l’actualité ou lors de Conseils européens informels.

Le Conseil de l’UE est le verso du Conseil européen. Il s’agit de la réunion des 27 ministres des États membres dans un portefeuille donné. Par exemple, la réunion des ministres de l’Agriculture ou la réunion des ministres de l’Intérieur (réunion « JAI », Justice et Affaires intérieures). Les 27 ministres s’accordent sur des points de leur portefeuille.

Et c’est ce Conseil de l’UE qui a une présidence tournante. Tous les six mois, les États membres se succèdent à la tête de ce conseil. C’est alors qu’on parle de « Présidence de l’UE ». Actuellement, c’est la Slovénie. Ainsi, chaque ministre slovène préside le Conseil de l’UE thématique qui se rapporte à son portefeuille.

La Présidence de l’UE d’un État membre, c’est le changement dans la continuité. En effet, l’Union européenne ne change pas tout son fonctionnement à chaque nouvelle présidence tous les six mois. Ce serait impossible, instable et inutile. Par conséquent, le travail global de l’UE n’est pas modifié. En revanche, chaque nouveau pays à la tête de l’Union européenne donne de nouvelles impulsions avec des objectifs souvent reliés à l’actualité et à sa vision nationale.

C’est donc du Conseil de l’UE que la France prendra la présidence en janvier 2022. Plutôt que de PFUE on pourrait peut-être parler de « PFCUE » pour « Présidence française du Conseil de l’UE ». Mais ne serait-ce pas chipoter ? Il est bien évident qu’un État membre – France ou autre – ne peut pas être en présidence totale de l’UE et encore moins pour aussi peu de temps. Même si, nous l’avouons, le fonctionnement de l’UE n’est pas forcément limpide ou facile à comprendre.

Pour conclure, la France va bien présider une institution européenne qui légifère et donne des impulsions pour des actions à court-terme de l’UE. La France devrait, en ce moment et surtout, avoir comme objectif de faire comprendre cette présidence et le travail considérable que cela implique.

Wassila ZOUAG