Autriche : pas vaccinés, confinés !

Dimanche dans la soirée, le chancelier autrichien annonçait le recours au confinement pour les personnes non-vaccinées ou non guéries du coronavirus. Effectivement, en Autriche, l’épidémie repart de plus belle, entraînant au passage une belle panique. Les personnes concernées n’auront pas le droit de quitter leur domicile à partir de lundi, sauf pour faire leurs courses, du sport ou pour des soins médicaux. Objectif : endiguer rapidement le nombre de nouveaux cas.

« La situation est grave (…). Nous ne prenons pas cette mesure le coeur léger mais malheureusement elle est nécessaire », a déclaré Alexander Schallenberg lors d’une conférence de presse à Vienne, rapporte RTL. En Autriche, environ 65% de la population a reçu les deux doses de vaccin préconisées, ce qui reste en-dessous de la moyenne européenne (67%) et très loin de l’Espagne, qui s’approche des 80% de vaccinés. Il faut rappeler que le Covid-19 a fait de nombreux morts dans la patrie de Cervantès et que beaucoup d’Espagnols ont été choqués par les morts massives au printemps 2020. C’est la raison pour laquelle ils n’hésitent pas beaucoup à se faire vacciner.

Pour Alexander Schallenberg, le taux de vaccination de l’Autriche est « honteusement bas ».

Concrètement, que va-t-il se passer pour les personnes concernées par ce confinement 2.0 ? La réponse est simple : elles ne pourront pas sortir de chez elles, sauf pour aller faire les courses, un peu de sport ou pour se faire soigner. La mesure s’applique à partir de 12 ans, et des contrôles inopinés pourront être réalisés. Le gouvernement autrichien examinera la situation dans une dizaine de jours et dira si cette décision est efficace ou non. Plus de 13.000 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés samedi dans ce pays de 9,8 millions d’habitants, un chiffre au plus haut depuis le début de la pandémie. Pour les autorités, il est urgent d’agir.

Et en France ?

Avec une hausse du taux d’incidence de 38% en une semaine, la France connaît, comme de nombreux autres pays européens, une résurgence de l’épidémie de coronavirus. Va-t-on pour autant appliquer la même mesure qu’en Autriche ? Non assure l’exécutif pour qui la bonne couverture vaccinale dans l’Hexagone nous permet d’éviter d’en venir à une mesure si radicale. De plus, il serait très difficile de ne confiner que les personnes non-vaccinées d’un point de vue constitutionnel, sans oublier que des restrictions existent déjà via l’instauration du passe sanitaire.

Toutefois, mardi 9 novembre, lors de son allocution, le chef de l’Etat a demandé aux personnes qui n’avaient toujours reçu aucune dose de se faire vacciner afin d’endiguer une cinquième vague cet automne qui s’annonce.

Chloé LOURENCO