[CINEMA] Aline

Les critiques cinématographiques de Voix d’Europe sont de retour aujourd’hui avec Aline, de Valérie Lemercier. Ce -presque- biopic sur la vie de Céline Dion, la diva québécoise est particulièrement touchant, mais pas dénué de panache ! On y voit la naissance d’une star internationale sur qui personne n’avait parié, mais on y lit aussi ses failles, son amour et son désir ardent de maternité. Un film à voir, fan ou non de Céline Dion !

Le pitch

Québec, les années 1960. Sylvette et Anglomard accueillent leur 14e enfant, Aline. Chez les Dieu, la musique est reine et, même si les fins de mois sont parfois difficiles, la vie y est joyeuse. Aline grandit et se découvre un don: elle a une voix en or. Le producteur de musique Guy-Claude, lorsqu’il découvre le talent d’Aline, n’a alors qu’une idée en tête: faire d’Aline une star planétaire.

L’Avis de VDE

Qu’on apprécie ou pas la musique de Céline Dion, on appréciera dans les deux cas le travail de Valérie Lemercier, interprété avec brio et d’une façon ébouriffante. Il faut un culot monstrueux pour écrire et réaliser un tel biopic sur un personnage vivant et sans autorisation de l’artiste concernée mais le résultat, qui se caractérise par son panache et sa tendresse, devrait même conquérir l’intéressée. Certes, le film se concentre davantage sur la première partie de la carrière de la diva et sa seconde partie est un peu négligée, mais le film se penche particulièrement sur les relations de la famille Dion/Dieu. La réalisatrice s’est attachée à retranscrire l’intimité et l’authenticité du noyau familial, tant et si bien qu’on a peut noter, même à travers l’écran, l’amour qui se dégage entre les frères et sœurs et leurs parents.

Et bien sûr, il y a l’amour de sa vie et son fort de désir de maternité, des sujets repris à l’envi par les gazettes People mais auxquels le film donne une sincérité et une candeur réjouissantes. C’est une œuvre rose que réalise Valérie Lemercier, exempte de méchanceté mais pas de malice, qui est tout à la fois fort documentée mais également fantasmée. Aline surprend, et c’est tant mieux. Ici, le film fait montre d’une grande précision et de pudeur.

Si vous n’êtes pas encore allés voir Aline, n’hésitez plus !

Chloé LOURENCO

%d blogueurs aiment cette page :