Année européenne de la jeunesse : une relance post-pandémie avec les jeunes

En 2022, honneur aux jeunes en Europe ! L’Union européenne encourage et soutient l’engagement de la jeunesse dans la construction d’un avenir commun, répondant aux grands enjeux des prochaines années. Prends part à l’initiative, fais entendre ta voix !

De loin la classe d’âge la plus en faveur de l’Union européenne*, les 15-30 ans représentent aussi une part de la population particulièrement impactée par la pandémie. Dans un contexte post-Covid qui ne leur est pas plus favorable et afin de “valoriser les jeunes qui ont tant consacré aux autres”, Ursula von der Leyen annonçait dans son discours sur l’état de l’Union 2021 vouloir faire de 2022, l’Année européenne de la jeunesse.

Une année européenne de la jeunesse, dans quel but et avec quels moyens ?

Si l’UE est déjà pleinement investie dans les politiques liées aux jeunes, l’Année européenne de la jeunesse est l’occasion de renforcer et de mettre en lumière les différents dispositifs qui leur sont dédiés.

Le désormais célèbre ErasmusPlus, qui permet aux jeunes de bénéficier d’une période de formation scolaire, universitaire, d’apprentissage ou d’insertion professionnelle en Europe et qui fête cette année ses 35 ans, servira de vitrine à l’engagement de l’UE pour les jeunes. Avec un budget qui atteint les 28 milliards d’euros pour la période 2021-2027, l’ambition sera d’aller toujours plus à la rencontre des populations habituellement éloignées du programme.

Le Corps européen de solidarité sera également largement promu cette année. Doté d’un budget de 115 millions d’euros pour 2022, il permet depuis 2016 aux jeunes âgés entre 18 et 30 ans de s’engager dans une mission de volontariat indemnisé dans un pays européen autre que son pays d’origine.

Huit millions d’euros mobilisés grâce aux programmes ErasmusPlus et Corps européen de solidarité viendront également financer divers événements jeunesse organisés dans cette optique et répertoriés sur le portail européen de la jeunesse.

“L’Année européenne de la jeunesse offrira de nombreuses possibilités d’apprendre, de partager sa vision, de rencontrer d’autres personnes et de participer à des activités dans toute l’Europe”, explique Margaritis Schinas, vice-président de la Commission européenne en charge de la promotion du mode de vie européen.

Toujours dans une optique de démocratisation de ses programmes jeunesse et d’inclusion de nouveaux acteurs, la présidente de la Commission proposait également lors de son discours sur l’état de l’Union 2021, un nouveau programme de mobilité et formation européen consacré aux jeunes ne suivant ni études, ni formation et n’étant pas insérés sur le marché de l’emploi. Financé par le Fonds social européen Plus, ALMA, acronyme anglais pour désigner Orientation, Apprentissage, Maîtrise, Réussite, est un dispositif pensé pour proposer aux participants des séjours supervisés de deux à six mois dans un pays européen avec un accompagnement adapté au projet de chacun.

Ainsi, l’Union européenne espère pouvoir offrir à tous les jeunes, y compris ceux avec le moins d’opportunités, de vivre l’expérience européenne en pleine immersion et de s’insérer socialement et professionnellement au sein de la société.

Des rendez-vous à ne pas manquer

Les chantiers en faveur de la jeunesse seront donc nombreux en 2022. Parmi eux, ont par exemple débuté sous la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, les négociations sur l’achèvement, prévu pour 2025, du développement de l’Espace européen de l’éducation. Les universités européennes ont notamment été au cœur des échanges entre ministres européens de l’éducation et de la Recherche, début janvier, avec une proposition de création d’un statut juridique dédié leur permettant notamment de délivrer des diplômes européens. Au total, quelque 80 milliards d’euros seront consacrés à l’enseignement universitaire pour les sept prochaines années permettant notamment à l’UE, à travers l’enseignement supérieur, d’asseoir son rayonnement, tant par son excellence que par ses valeurs sur la scène internationale.

Tout particulièrement en ce début d’année 2022, et dans le cadre de la Conférence sur l’avenir de l’Europe débutée en 2021, les jeunes sont également appelés à faire entendre leur voix. Diverses initiatives ont été mises en œuvre afin d’encourager une telle démarche citoyenne, aussi bien par les institutions européennes et nationales, que par la société civile. A l’échelle plus nationale et régionale, la Maison de l’Europe de Paris a par exemple lancé depuis septembre 2021 le projet #SpeakUpfortheFutureofEurope qui a pour ambition d’amener les jeunes lycéens, notamment de lycées professionnels mais aussi des bénéficiaires de la Mission Locale, de s’exprimer sur leurs attentes pour le futur de l’Europe.

Alors que 53% des jeunes français estiment ne pas comprendre le fonctionnement de l’Union, et ne pas saisir tous les intérêts en jeu, le réseau des Centres Europe Direct en France s’engage également en cette Année européenne de la jeunesse en faveur d’un journalisme de qualité et pédagogique sur les questions européennes avec le Prix de l’Initiative européenne – Jeunesse. Déclinaison du Prix de l’Initiative européenne décerné par la Maison de l’Europe de Paris depuis dix-sept ans à des journalistes ou à des médias qui se sont signalés par la qualité de leurs informations et de leurs commentaires sur l’Europe, en 2022, ce nouveau prix mettra à l’honneur à travers toute la France, les étudiants en journalistes, les jeunes journalistes et les journalistes amateurs qui s’engagent à travers leur travail sur les thématiques européennes. Découvrez les conditions de participation et lancez-vous !

Envie de faire entendre votre voix en cette Année européenne de la jeunesse ? Visitez le portail européen de la jeunesse, la plateforme multilingue de la Conférence sur l’Avenir de l’Europe et entrez en contact avec la Maison de l’Europe ou le Centre Europe Direct le plus proche de chez vous !

* D’après une étude Eurobaromètre conduite par Kantar via le centre Kantar sur le futur de l’Europe et présenté lors de la conférence de la Maison de l’Europe de Paris “Que fait l’UE pour les jeunes ?” du 27 janvier 2022, 61% des 15-24 ans ont une image positive de l’UE contre 48% pour les 40-54, et 53% pour les 55+ en Europe.

Article rédigé par le Centre Europe Direct de la Maison de l’Europe de Paris et publié en partenariat avec Voix d’Europe le 16/02/2022.

%d blogueurs aiment cette page :