Conseil européen : deuxième mandat pour Charles Michel

Jeudi 24 mars 2022, l’ancien Premier ministre belge, 46 ans, a été réélu à l’unanimité par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE formant le Conseil européen. Il devra accompagner les virages que l’UE est en train de prendre sur sa défense et son modèle énergétique.

La fonction de président du Conseil européen est devenue une fonction permanente, exercée à temps plein, à la suite de l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne en 2009. Auparavant, le Conseil européen était un organe informel et la fonction de président du Conseil européen n’était pas officielle. Cette dernière était occupée par le chef d’État ou de gouvernement de l’État membre exerçant la présidence tournante du Conseil de l’UE.

Le Président du Conseil européen doit entre autres présider les réunions du Conseil et animer ses débats. Il contribue également à faciliter le consensus au sein du Conseil et présente un rapport au Parlement européen après chaque réunion. Il assure en outre la représentation de l’UE à l’extérieur.

Il est élu pour un mandat de deux ans et demi, renouvelable une fois. Selon la pratique établie, le processus électoral est coordonné par l’État membre exerçant la présidence tournante. Lorsque le Conseil européen débat de l’élection du président, cette partie de la réunion est présidée par le chef d’État ou de gouvernement de l’État membre exerçant la présidence tournante – en ce moment, la France. Le président ne peut pas exercer de mandat national tant qu’il est en fonction.

Charles Michel réélu pour un second mandat

Le Belge Charles Michel a été reconduit jeudi 24 mars à son poste de président du Conseil européen, pour un second mandat de deux ans et demi, a annoncé le Conseil.  Cette reconduction était attendue, aucun autre candidat ne s’étant présenté. Ce libéral francophone rompu à l’exercice du compromis et entré en fonction le 1er décembre 2019, voit son mandat prolongé jusqu’au 30 novembre 2024.  « Dans le contexte actuel, personne ne souhaite de changement à ce niveau », souligne un diplomate.

Visibilité internationale et actions concrètes

Lors de son premier mandat, Charles Michel a dû faire face à la pandémie la plus grave du siècle. Il a alors dû « inventer » et animer les sommets européens par vidéoconférence. En parallèle avec Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne, il a participé à mettre en oeuvre le gigantissime plan de relance européen en 2020. Depuis l’invasion de l’Ukraine, il multiplie les initiatives.

Bref, on ne peut pas dire que Charles Michel soit un président absent ou transparent. Pour de nombreux diplomate, l’actuel président aurait même empiété sur les plates-bandes de Josep Borrell, Haut représentant pour l’UE, par soif de visibilité internationale. Charles Michel devra accompagner dans son deuxième mandat tous les virages majeurs que l’UE est en train de prendre sur sa défense , son indépendance énergétique, son modèle agricole.

Charles Michel a donc un second mandat entre les mains pour relever les défis auxquels l’Europe va faire face d’ici les prochaines élections européennes.

Chloé LOURENCO

%d blogueurs aiment cette page :