Décennie numérique : quels objectifs pour 2030 ?

Le 9 mars 2021, la Commission européenne présentait une vision et des pistes pour la transformation numérique de l’Europe d’ici à 2030. Elle propose une boussole numérique pour la décennie à venir. L’UE veut donner aux entreprises et aux citoyens les moyens d’agir dans un avenir numérique durable, centré sur l’humain et plus prospère.

Quelles sont les transformations à venir ?

Avec la digitalisation, l’UE espère que 80% des citoyens utilisent l’identification numérique, à l’instar de l’Estonie, pays à la point en la matière. Du côté de la connectivité, la 5G devrait être accessible à tous, peu importe le territoire. Les entreprises ne sont pas en reste, puisque l’UE souhaite que 75% des entreprises utilisent l’intelligence artificielle, l’informatique en nuage et les mégadonnées.

En 2030, 80% de la population européenne doit avoir des connaissances et des compétences numériques de base.

La Commission européenne réalisera chaque année une enquête Eurobaromètres afin de contrôler les mesures de suivi dans les Etats membres. Cette enquête recueillera les perceptions qu’ont les citoyens de la mise en place du numérique dans leur Etat. Elle aura aussi pour but de corriger le tir et d’encourager les Etats les moins avancés.

La boussole numérique : place à l’Europe du futur !

Afin de garantir que l’Europe atteigne ses objectifs en 2030, la Commission européenne a mis en place une boussole numérique, c’est-à-dire un cadre de gouvernance, un chemin à suivre.

Le fonctionnement est simple : l’UE élaborera des trajectoires prévues à l’échelle communautaire pour chaque objectif en concertation avec les Etats membres. Ces derniers proposeront des feuilles de route nationales pour se conformer aux exigences de l’UE.

La Commission facilitera également le lancement de projets plurinationaux, des projets à grande échelle qu’aucun Etat ne peut atteindre seul. Ces projets porteront sur la communication 5G, les pôles d’innovation numérique ou encore le calcul à haute performance.

Le Parlement et le Conseil sont invités à examiner la proposition de la Commission et à l’approuver d’ici m’été 2022.

Chloé LOURENCO